Menu déroulant horizontal by Papinou
L'essentiel dans l'Ain


Courbe du mercure réactualisée toutes les 5 min.
(
cliquez sur la carte)
Outside Temp History

Direct la Vattay



Direct Plans d'Hotonnes


Direct Pont d'Ain


Direct d' Ambérieu

Les autres webcams de l'Ain
---------------------------------------------


9 et 24 novembre 1944
inondations dans l'Ain
1950 un 11 novembre sous les eaux !

--------------------------------------------


 Retour sur le temps de l'automne 1957

------------------------------------


Vos prévisions météo à 10 jours 

 

 
-----------------------------------------
-----------------------------------------


Découvertes

La fête des alpages à Annecy

 C' est ici !
----------------------------------------
Pratique


Tout savoir sur les vigilances de Météo France
 C' est ici !
----------------------------------------

Changement climatique

Réchauffement de la banquise
  C' est ici !
------------------------------------------

Escapades

L'Aiguille du Midi

L' article complet ici
------------------------------------------

Escapades hivernales

A découvrir, la station des Plans d' Hotonnes
--------------------------------------------






Ain - Inondations - 9 décembre 1954
Accédez à un autre article de "Inondations - Ain" Précédent
Suivant
chroniques/photos/pluie9decembre1954.jpg9-10 décembre 1954 : Trombes d' eau et vent violent dans l'Ain
Le début du mois de décembre 1954 a été bien agité en France mais aussi dans l’Ain. Tout comme dans la nuit du 8 au 9 décembre par une véritable tempête. Cette violence a été rarement atteinte dans nos régions et cela provoqua quelques dégâts en divers points, particulièrement sur le réseau électrique. les services de l’EDF ont été alertés à plusieurs reprises au cours de la nuit. En ville, des tuiles ont été enlevées, des chéneaux ont été arrachés et le bois mort se trouvant dans les arbres a été répandu sur la chaussée. Route de Pont d’Ain, à proximité du passage à niveau, face à la rue des Charmettes, un gros arbre a été arraché et couché sur l’arbre voisin qui a retenu sa chute. On ne signala tout de même aucun accident sérieux dans la proche région de Bourg. le Valromey fut également très touché comme vers Champagne avec de gros dommages. De nombreux poteaux ont été brisés et la tempête a endommagé sérieusement le réseau électrique et téléphonique. On a découvert les jours suivants en montagne de nombreux arbres déracinés.


Le lendemain, le 9 décembre, des trombes d’eau ont succédé aux rafales de vent et provoquèrent des inondations et des dommages. Après les services des télécommunications et d’EDF qui n’ont cessé d’être sur la brèche un peu partout , en raison des dégâts causés par les tornades de vent de la nuit de mercredi, les services de secours furent sollicités en divers points. C’est ainsi notamment qu’ils durent intervenir dans le quartier de Montholon où par suite du brusque envahissement de l’eau, des marchandises entreposées se trouvaient menacées à la Coopérative Agricole. Des inondations se sont produites dans divers quartiers par suite de l’insuffisance ou de l’absence d’un écoulement des eaux envahissantes, particulièrement vers le Champ de Foire, rue du Stand, vers l’usine Morgon, route de Ceyzériat, vers le Pont des Chèvres. Des caves et parties basses des habitations ont été inondées. Près et jardins bordant la Reyssouze furent sous l’eau. Un peu partout, routes et chemins se sont trouvées coupées par les eaux, aux Crêts, quai Groboz, allée de Challes, avenue Maginot. Durant la nuit, aux Quatre-Vents et rue des Tanneries, des familles ont dû être secourues dans leurs logements inondés et logés provisoirement dans des hôtels.
Au matin du 9 décembre, les secours sont intervenus aux Crêts où à l’aide de barques, le sauvetage des porcs isolés dans une porcherie a été effectué. Toute la nuit, les pompiers et les services de la mairie furent en été d’alerte. A la rubrique des dégâts causés par le vent de l’avant-dernière nuit, on peut rajouter la chute d’une grue sur un chantier des Vennes, chute qui provoqué des dégâts au toit de la maison sur lequel elle s’est abattue. Rue de la Citadelle, une autre grue a été renversée par la violence du vent.

La pluie après le vent, tomba sur le département sans interruption et avec force. Cela engendra partout des crues et des dégâts. En de nombreux points du département, notamment à Marboz, Coligny, Moulin des Ponts, Châtillon sur Chalaronne ou bien encore Marlieux, les routes ont été coupées par les eaux. Dans les parties basses, des maisons ont été inondées. A Corveissiat, les pompiers ont dû sauver du bétail dont l’étable était envahie par 60 cm d’eau. Les animaux ont pu être évacués après qu’un trou fut creusé dans le mur de l’étable. Un veau fut même ramené à la vie. A Ambérieu en Bugey  (où sur la journée on a  relevé un record journalier de précipitations de 94,4 mm), par suite de l’envahissement de l’eau, les pompiers durent intervenir dans le quartier de la gare et du Tiret. A Montluel, et surtout à Méximieux, de gros dégâts ont été causés par l’inondation. Pareil désastre n’avait pas été vu depuis octobre 1935. Sur la route de Lagnieu à Ambérieu, un mur de soutènement s’est affaissé sur une trentaine de mètres, obstruant en partie la route nationale 75 à la sortie de Lagnieu. La circulation fut rétablie peu après. Enfin, à Tenay, l’Albarine monta dangereusement. La rivière d’Ain a aussi fortement réagi suite à ce déluge sans toutefois créer trop d’inquiétude pour ses riverains.

Car le lendemain, la situation s’est heureusement améliorée sur le front des pluies avec un début de décrue. Il est venu le temps de mesurer l’étendue et l’importance des dégâts causés par l’envahissement subit des eaux dans les caves et certains rez-de-chaussée. A Bourg, les quartiers les plus éprouvés furent ceux de la route de Ceyzériat et du champ de foire. Par ailleurs, dans des caves d’immeubles situés en ville, l’engorgement des canalisations a provoqué un afflux imprévu de l’eau qui a causé quelques dégâts et surtout provisoirement beaucoup de gêne. En montagne, particulièrement sur le plateau d’Hauteville, les importantes chutes de neige succédant aux dégâts dus aux bourrasques de vent, ont perturbé le réseau électrique et crée des interruptions de courant. Partout, les services intéressés ont pris des dispositions d’urgence qu’imposaient les circonstances. Le bas Valromey a subi aussi des inondations suite à une digue qui a cédé à Marlieu, hameau d’Ameyzieu.

Mais la situation la plus exceptionnelle sur le front de la neige se trouvait dans le pays de Gex. Une chute de neige d’une incroyable intensité s’est abattue dans la nuit du jeudi 9 au vendredi 10 décembre sur toute la chaîne du Jura. Au col de la Faucille, la couche de neige s’épaississait de 25 cm toutes les heures et en fin de nuit on relevait 1,20 m !. Mais malgré cela, la circulation a pu être maintenue grâce à la diligence du service des Ponts et Chaussées. Dans ce massif, la hauteur variait entre 1 m et 1,20 m.

 
 
Accédez à un autre article de "Inondations - Ain" Précédent
Suivant

Date de création : 19/01/2011 @ 13:50
Dernière modification : 02/12/2016 @ 12:34
Catégorie : Ain

Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^