Menu déroulant horizontal by Papinou
L'essentiel dans l'Ain


Courbe du mercure réactualisée toutes les 5 min.
(
cliquez sur la carte)
Outside Temp History

Direct la Vattay



Direct Plans d'Hotonnes


Direct Pont d'Ain


Direct d' Ambérieu

Les autres webcams de l'Ain
---------------------------------------------


9 et 24 novembre 1944
inondations dans l'Ain
1950 un 11 novembre sous les eaux !

--------------------------------------------


 Retour sur le temps de l'automne 1957

------------------------------------


Vos prévisions météo à 10 jours 

 

 
-----------------------------------------
-----------------------------------------


Découvertes

La fête des alpages à Annecy

 C' est ici !
----------------------------------------
Pratique


Tout savoir sur les vigilances de Météo France
 C' est ici !
----------------------------------------

Changement climatique

Réchauffement de la banquise
  C' est ici !
------------------------------------------

Escapades

L'Aiguille du Midi

L' article complet ici
------------------------------------------

Escapades hivernales

A découvrir, la station des Plans d' Hotonnes
--------------------------------------------






Ain - Bilans mensuels de 2008
Accédez à un autre article de "Climatologie Ain" Précédent
Suivant

Bilans climatiques mensuels de 2008 dans l' Ain
 

JANVIER 2008

On remarque lors de l' analyse de ce 1er mois de l' année 2008 dans l' Ain qu' il a été déjà assez doux par rapport à la moyenne. On y a relevé bien souvent des températures bien douces pour cette période de l' année. Cela se remarque surtout pendant la période qui va du 15 au 25. Le mercure  a la plupart du temps été durant ces 10 jours au-delà des 10°. La moyenne s' établit en excédent de 2 à 3° suivant les secteurs. On remarque cela bien évidemment sur les maximales mais aussi sur les minimales. Comparé à décembre 2007, les matinées de gel n' ont guère atteint la barre des 10, ce qui est bien en-dessous des chiffres d' un mois de janvier normal. Pas de trop fortes gelées non plus où en plaine, on est guère allé sous la barre des -4°. Un  seul jour de gel continu, le 1er de l' année en raison des nuages bas tenaces dans les basses couches. Côté ensoleillement les relevés sont assez satisfaisants. A titre d' exemple à Ambérieu on a enregistré 91h30 de soleil soit près d 'un tiers d eplus que la normalité. Par contre sur le haut Bugey on est plutôt dans la moyenne. Côté précipitations, comme d' habitude on part à l' ouest pour le plus bas  et l' on atteint le plus haut sur les secteurs en altitude. On part de 40 à près de 150 mm dans les secteurs de Nantua ou Hauteville en passant en plaine de l' Ain par près de 80 mm. On note donc une assez importante irrégularité. On est dans la moyenne en plaine; en excédents sur nos montagnes avec 2 pointes à près de 200 mm. Les plus fortes précipitations du mois se sont présentées dans la première quinzaine. La journée du 5 a été l' une des journées les plus arrosées du mois, avec par endroits le 1/4 des pluies mensuelles. A noter aussi le dimanche 6 assez arrosé et ensuite le 12.  En ce qui concerne la neige vu la douceur du mois elle a été plutôt discrète en ce mois de janvier et quasi invisible en plaine ! Dans la nuit du 11 au 12 une chute brutale de près de 15° entre la fin de journée et minuit l' a fait descendre jusqu' en plaien où elel a donné ici ou là près de 3 cm. Les reliefs ont eu des chutes plus conséquentes bien évidemment ( 15 à 20 cm en général). En fin de mois la neige a refait surface mais uniquement sur les reliefs. 



  FEVRIER 2008

 Les éléments dominants que nous retiendrons de ce mois de février sont tout d’abord les niveaux des températures après déjà un excès en janvier dernier. On peut même parler de très grande douceur avec plus de 12° de moyenne mensuelle sur les maximales, soit 3 bons degrés au-dessus des valeurs normales pour la saison !. Le mois a non seulement été très doux mais en plus il fut assez sec et du coup par répercussion s’ est accompagné de beaucoup de soleil. On va le voir plus en détail. Sur Pont d’ Ain ce fut le mois de février le plus doux depuis 1990. Mais tout de même il faut noter qu’ aucun record n’ a été battu côté mercure même si fréquemment nous nous sommes rapprochés des 18 à 19°. Par le passé les archives montrent que l’ on est déjà monté à près de 22° comme sur Ambérieu. Au point de vue des précipitations, sur l’ ensemble de l’ Ain elles ont été nettement déficitaires. Ce manque dépasse le plus souvent les 50 % . D’ une manière générale on relève sur l’ ensemble de l’ Ain des quantités comprises entre 30 et 40 mm. A Ambérieu nous sommes restés juste en dessous des 30 mm. Quelques miniums ont été relevés  sur l’ extrême ouest autour des 20 mm  comme dans la région proche de Lyon. En Bresse nous sommes situés dans les 30 mm. Quelques secteurs isolés comme la région d’ Hauteville affichent près de 60 mm et la région de Nantua la quarantaine.  Il est évident que les jours de pluie ont été bien maigres pour un dernier mois d’hiver. On comptabilise entre 2 et 5 jours sous les normes. Pendant une dizaine de jours entre le 7 et le 20 rares furent les gouttes relevées dans les pluviomètres. Côté neige bien évidemment le manque se retrouve. Pour trouver une neige qui a fondu comme neige au soleil justement il fallait se rendre dans les secteurs au-delà des 1000 m et encore le manteau n’ était pas des plus exceptionnels. A Brénod, Cormaranche ou Hauteville on a beaucoup plus souvent vu l’ herbe que la neige. Quant à la plaine c’ est un nouveau mois de février sans aucun flocon ! .  Revenons au mercure. On relève beaucoup de matinées de gel. Tout à fait normal. Un temps anticylonique les a favorisées. La  faible chaleur acquise en journée disparait très vite d’ où une chute les nuits et puis l’ atmosphère ne se réchauffe pas aussi vite qu’ en été d’ où de bonnes amplitudes entre nuit et jour. Plus de 15 jours de gelées relevés. Par contre en journée, le soleil généreux et une masse d’ air plutôt douce ont permis au mercure d’ atteindre des sommets avec comme on l’ a évoqué plus haut des moyennes supérieures de 3 à 5° aux normales saisonnières. Il n’ y a pas eu aussi de fortes gelées. Rarement le mercure est descendu à -5° en plaine. Côté soleil, on a tous vu qu’ il fut très généreux avec pas moins de 9 jours sans aucun nuage relevé !. A Ambérieu, ce fut le mois de février le plus ensoleillé depuis le début des mesures en 1950 !. On a relevé 2 fois la moyenne où la référence se situe entre 1990 et 2000.  Terminons par un bilan dans l’ Ain sur cet hiver 2007/2008 au sens météorologique car il comprend décembre, janvier et février. Outre février on retiendra son ensoleillement généreux. L’ éxcédent on l’ a dit frôle les 50 % et si l’ on remontre à 1950 il monte à près de 70 % !. Le total d’ heures de soleil est de 307h40 très précisément pour Ambérieu sur ces 3 mois d’hiver. On avait donc avait jamais enregistré de tels niveaux dans l’ Ain. Peut être que les 3 mois d’été en seront bien loin ! .

 

MARS 2008


S' il faut résumer en quelques mois ce mois de mars 2008; on retiendra qu' il a été plutôt humide, frais et que le soleil n' a pas été toujours bien au programme, sans compter Pâques aux tisons en fin de mois qui apporta beaucoup de neige en basse et moyenne montagne. Commençon dans un premier temps par revenir dans un premier temps sur les précipitations. On a relevé de l' ouest à l' est entre 60  (52 mm très précisément sur les bords de la Saône du côté de Méssimy) et près de 150 mm avec au nord de la région de Belley une poche  à 200 mm.Sans compter les 290 mm du côté de Mijoux dans le Haut Jura mais c' est en altitude. D' une façon générale il est tombé près du double de pluies que la normale, essentiellement sur les secteurs du Bugey. Par contre un excédent bien plus faible ( maxi 30%) dans les secteurs de la plaine de l' Ain, les Dombes ou le long de la Saône. Côté mercure, il fut souvent bien bas pour un mois de mars, se rapprochant de celles que l' on trouve fréquemment en février. Petit déficit constaté du côté des minimales. Plus net pour les maximales, souvent 2 à 3° inférieur aux valeurs habituelles. Les jours très doux n' ont pas été nombreux et la fraicheur a souvent été présente, surtout lors de l' arrivéee officielle du printemps le 20 mars qui sera suivi de conditions bien hivernales pour le week end pascal. La neige qui fut assez discrète revint en force dans la dernière décade et apparait même jusqu' en plaine. Ce fut la chute de neige la plus importante de tout l' hiver. Dans la nuit de Pâques et le lundi pascal, la neige tomba à toutes altitudes, elle qui fut absente en plaine pendant l' hiver 2007/2008. Les conditions météo comme on le vit furent parfois délicates malgré le peu de neige tombée en plaine ( environ 5 cm). En montagne, la couhe fut exceptionnelle pour la saison avec près de 50 cm de poudreuse comme dans la région d' Innimond à 900 m d' altitude. Enfin un dernier mot concernant le soleil. Qui dit beaucoup de pluie dit un ensoleillement bien faible. Présence réduite en raison des nombreuses perturbations humides qui ont traversé le département de l' Ain. A Ambérieu le déficit pour un mois de mars est de 20 %. Un déficit est aussi présent sur les reliefs.

   

AVRIL 2008

Globalement ce mois d 'avril même s' il a pu vous paraitre frais et détestable s' est conclu dans une moyenne tout à fait satisfaisante. Si l' on prend le cas de Pont d' Ain ou bien de la station Météo France d' Ambérieu on termine au-dessus de la moyenne trentenaire (15,2° pour la période 1960-1990), avec respectivement 16 et 15,7°.  Par contre quand on analyse plus en détails ce mois d 'avril 2008 il ressort qu' il a été d ' une façon générale le plus frais si l' on peut dire de ces 7 dernières années tout en terminant comme on vient de le voir au-dessus des valeurs moyennes de référence. Ce constat se fait non seulement sur Ambérieu, mais également sur Pont d' Ain, sur Viriat ou bien Jasseron et St Etienne du Bois. C' est enssentiellement la dernière décade, bien plus agréable côté mercure qui nous a permis de remonter la moyenne mensuelle. Car il faut préciser que la deuxième décade fut dans le même acabit que la première, autrement dit juste voir en-dessous des normales. Par contre quelques disparités sont à noter. A Jasseron, dans le Revermont la station amateur a constaté un petit déficit par rapport à la moyenne (-0,5°). Par contre au point de vue des précipitationns, les 150 mm ont dépassés au lieu des 85 mm. de moyenne. Le département de l' Ain fut globalement assez arrosé en raison des trois journées bien pluvieuses des 9,10 et 11 qui à toutes les 3 ont apporté les 3/4 des pluies du mois et bien souvent il est tombé lors de ces 3 jours ce qu' il doit tomber en temps normal pour un mois d 'avril. Cela compense ainsi un mois de février un peu juste côté précipitations. Après ces 4 mois de 2008 dont ce mois d' avril fort copieux ( avec 137,2 mm)  Pont d' Ain cumule près de 331 mm soit 95,6 mm de plus qu' à la même période de 2007 mais 41 mm de moins qu' en 2006 où mars  le mois le plus arrosé des 4 avait donné près de 160 mm.


 

PLUVIOMETRIE  AVRIL 2008

 

Stations

Pluies mensuelles ( en mm)

Maxi sur 24h (jour)

Pont d' Ain

137,2 mm

39,2 mm (11)

Ambérieu

156 mm

28,6 mm (09)

St Etienne du Bois

152,2 mm

27,4 mm (11)

Viriat

122 mm

29 mm(11)

Jasseron

152,2 mm

36,6 mm (11)

Etrez

117 mm

14,6 mm (11)

Cuzieu

149,8 mm

28,4 mm (11)

Virieu le Petit

169,2 mm

35 mm (10)

 

 

 

 
 

JUILLET  2008

Ce mois de juillet 2008 dans l' Ain pourra être qualifié d' assez pluvieux avec une fois n' est pas coutume une certaine régularité dans la répartition des précipitations avec toutefois traditionnellement une  plus grande quantité sur les reliefs.  Les pluviomètres se sont déclenchés sur le département environ sur un total de près de 10 jours si l' on excèpte les déclenchements ici ou là dus à la rosée. Il n' a pas été trop frais mais tout juste dans les normales saisonnières ( 1971-2000). Malgré une pluviométrie copieuse, le soleil n' a pas été trop en reste car en fait la pluie  s' est essentiellement invitée sur 3 journées particulières : les 3, 6 et 11 juillet.

Commençons par l' aspect précipitations. On a donc constaté que sur l' ensemble de notre département elles furent supérieures à la normale. De l' ouest à l' est cela va de 100 à 150 mm en général. De Nantua jusqu' à la plaine de l' Ain et une partie de la Côtière avec la région d' Hauteville on relève les pluies les plus significatives avec un taux de 195 % de la moyenne de ces 10 dernières années pour les 2 derniers secteurs cités. Le Revermont de son côté a enregistré un excédent d 'environ 20%. Ambérieu a enregistré un excédent d 'environ 50 %. Avec les fortes pluies du 3 juillet et celles du 6, on constate que la quantité de précipitations a représenté plus de la moitié du total mensuel. Dans d' autres secteurs cela représentait  déjà les 2/3 d 'un mois de pluies en seulement 10 jours. Le mercure sans avoir été trop bas sur le mois malgré la présence des nuages a été inférieur aux normales de 0,5 à 1° selon Météo France. Si l' on analyse les moyennes d' Ambérieu pour juillet on s' aperçoit par contre qu' elles sont légèrement au-dessus de 0,3° aux normales de la période 1961-1990 ; ce qui ferait penser que la décennie 1991-2000 fut plus fraiche en juillet que la pérode trentenaire mentionnée ci-dessus. Il sera bon de voir cela en 2011 en connaissant la référence 1981-2010. Sinon le déficit enregistré au plan département est visible à la fois sur les minis que les maxis. Le mercure a très peu souvent dépassé la barre des 30° et pour celle des 25° le nombre de jours relevés est correct. On retiendra 4 matinées assez fraiches ( du 21 au 24 ) sans toutefois l' atteinte des records mais 8° au petit matin en plein juillet c' est un peu juste !. Comme les pluies ont été soutenues sur peu de jours, l' ensoleillement n' en a pas trop pâti. Il y a eu plusieurs journées avec de belles éclaircies et 6 où le soleil a  régné sans aucun nuages ou si minces qu' ils ne se voyaient pas !. Le bilan solaire de 295 heures présente un excédent de 7%. On rajoutera également qu' il y a eu 6 journées de présence orageuse, les 3,6,11,13,29 et 30. Quant à la dominance du vent, elle fut de secteur sud.

Pour Jean Christophe qui gère la station amateur de Jasseron à quelques encablures de Bourg en Bresse ce mois de juillet a présenté une pluviométrie  supérieure à la normale également. Il y est tombé près de 115 mm contre 67 pour les normes.  En  nombre de jours de pluie, il note qu' il y a eu 7 jours de précipitations supérieurs à 1 mm ( 4 sur Pont d' Ain par exemple) avec un joli 47 mm (46 mm sur Virieu le Petit) en tout début de mois le 3 juillet. D' ailleurs cette journée du 3 juillet a été particulièrement  très arrosée sur la plupart des postes  ( voir tableau plus bas ) qui servent à la réalisation de ce bilan. Que ce soit en Bresse, dans le Revermont ou bien dans le Bugey la barre des 40 mm fut souvent atteinte et dépassée même ce fameux 3 juillet. A noter que sur Jasseron de bonnes pluies sont aussi tombées sur la journée du 6 avec 28 mm (32,6 mm à la station MF ambarroise) Côté températures, pour lui ce mois de juillet a enregistré des températures inférieures aux références (1971-2000) de 0,3°, ce qui il faut le reconnaître est bien peu. 5 fois son thermomètre a atteint la barre des 30° et l’ on retiendra qu’ à la fois l’ ouverture et la fermeture du mois ont été estivaux. Le 31 juillet aura été à Pont d’ Ain le jour le plus chaud du mois d’ ailleurs avec 33,5° ( pour un total de 7 jours au-delà des 30° sur le mois, contre 9 en juillet 2007 et pas moins de 25 en juillet 2006 ! que l’ on pouvait classer de caniculaire). Pas de phénomènes météo exceptionnels à noter en juillet contrairement au mois de juin dernier.

Voici les constatations sur Viriat du passionné Pascal. Il constate que la moyenne des minimales n' a jamais été aussi basse chez lui que ces 6 dernières années ( depuis 2002).; de 1,6°. Même constat sur les maxis mais avec une différence de 1°. Le mercure a beaucoup joué au yoyo aussi bien chez lui que dans le reste de l' Ain, passant  parfois par des chutes de 10° d 'un jour à l' autre pour les maximales. Ce constat a aussi été fait par Météo France qui l' a relevé par 3 fois. On peut citer cela entre le 2 et le 3 juillet par exemple.  L' amplitude relevée à Viriat va de 21,3° à 33,5°. Le mercure a dépassé la barre des 30° à 5 reprises durant le mois sans compter le 31, ce qui bien peu pour un mois de juillet. C 'est en régression depuis 2006. Pour les minimales Pascal note là encore des températures en dent de scie allant de 8,6 à 20,2°. Au final Viriat enregistre une moyenne respective des minis et maxis de 13,99° et 26,61°. Côté précipitations on y relève 84 mm pour une moyenne de 78,17 sur la période 2002-2007. 7 jours de pluies orageuses ont été enregistrés, ce qui a merit à juillet de se maintenir un peu au-dessus des 6 dernières années. A noter cette période sans aucune goutte entre le 14 et le 25. Pascal précise que cette période de sécheresse n' a pas eu d 'impacts sur la végétation car la chaleur en cette période ne fut pas trop conséquente ( avec une maxi de 25,6° ) et les minimales plutôt fraiches apportant un peu de rosée bienfaitrice.

Terminons par quelques relevés d' Innimond  dans le bas Bugey à 800 m d' altitude Cela va permettre de faire une comparaison avec les autres stations  essentiellement placées en plaine. La moyenne des minimales s' établit à 12,7° 

et 21,4° pour les maximales. On constate que sur les minimales l' écart n' est pas immense avec la plaine. Par contre sur les maximales la différence est bien nette. La journée du 6 juillet fut la plus arrosée avec pas moins de 52 mm qui représentent près de 40 % de la pluie du mois  ( à noter aussi les 25 mm du 3 juillet et les 19,4 mm du 26). 10 jours de précipitations ont été dénombrés dans la moyenne en fait du reste du département. Des orages eurent lieu les 2,6,7,11,21,26 et 28. Le 26 juillet l' orage donna de la grêle de 1 cm de diamètre. AAu total on relève 130,6 mm sur ce mois de juillet. Enfin le mini fut enregistré le 14 juillet avec 7,9°; le maxi le 2 juillet avec 27,8°. On concluera en notant que les 1er et 19 juillet furent de très belles journées sans nuages. D' autres ont apporté comme dans le reste de l' Ain beaucoup de soleil également.


 

Septembre :

Frais et pluvieux

On retiendra 2 points principaux en septembre. Dans un premier temps, la pluviométrie qui fut très excédentaire. A titre d' exemple la station météo d' Ambérieu en Bugey a enregistré 200,2 mm pour une moyenne de 120 mm selon la période de référence 1971-2000. C' est près de 70 % d' excédent. Partout les postes météo ont dépassé les 100 mm et pour certains la barre des 200 mm. Le mois peut être partagé en 2 parties. La première a concentré toutes  les précipitations avec une présence fréquente de fronts pluvio-orageux qui ont traversé toute la région. Septembre 2008 est le mois de septembre le plus arrosé depuis ces 10 dernières années dans l' Ain. Il contraste avec les dernières années déficitaires en précipitations comme les mois de septembre 2004, 2005 ou 2006. En 2007, ce fut l' inverse. Les pluies nous avaient touché en seconde partie de mois. Ces pluies ont occasionné quelques inondations comme dans la région d' Ambérieu. La seconde partie du mois a été placée sous des conditions anticyloniques mais le flux orienté au nord nous a valu une sacrée baisse du mercure, aussi bien en plaine qu' en montagne. Les premières gelées ont été constatées dès 800 m comme dans la région de Giron. Certains secteurs de la plaine du Revermont ont même dû parfois gratter les pare-brises de leur véhicule. Il faut dire que l' on fut certains matins proches des 2 à 3° par endroits. A noter aussi des brouillards matinaux qui ont parfois eu du mal à se lever avant la fin de la matinée comme en plaine de l' Ain alors que le soleil a régné en maitre en zone montagneuse. C' est un peu ce que l' on a connu l' an dernier à pareille époque mais la fraicheur avait été moins intense tout de même. En journée, le mercure a eu bien du mal à grimper au-delà des 15°, si bien que les secondes et trosièmes décades ont été déficitaires côté mercure suivant la moyenne de référence qui est de 22° pour Ambérieu. Justement le second constat de septembre concerne le niveau des températures. Le déficit sur les maximales atteint par endroits les 2°. On arrive à peine à une moyenne de 20,1° à la station ambarroise. Le déficit moins net sur les minimales est tout de même d' au moins 1,5°. Il faut remonter à 2001 pour trouver un mois de septembre aussi frais. On peut les classer ex-aquo. Ils sont les plus frais depuis 1999. Les températures ont rarement dépassé la barre des 20° sur les 15 derniers jours.Nous sommes loin du temps très estival que nous avions connu en septembre 2006 où la moyenne des maxis était supérieure de 2,5° aux normales de référence

 

Analyse de la 1ère décade dans l' Ain : beaucoup d' eau

Le moins que l' on puisse dire de cette première décade de septembre est qu' elle fut des plus arrosées dans notre département de l' Ain. On battra peut -être des records de pluviosité sur le mois car il est loin de se terminer et les nouvelles pluies de la nuit dernière ( jusqu' à 40 mm par endroits) gonfleront encore les chiffres. Il n' avait pas plu autant pour un début septembre depuis pas mal d ' années. Partout les compteurs flirtent déjà avec ce qu' il doit tomber normalement sur tout le mois. Par endroits on a déjà dépassé les normales avec 3 bonnes journées très arrosées et en particulier celle de samedi dernier. Il faut remonter au moins avant 2002 pour retrouver autant d' eau sur la première décade. Il faut dire que cette pluviosité très importante a de quoi surprendre dans notre région où le plus souvent les premiers jours de septembre sont assez secs. Il suffit de jeter un oeil aux dernières années pour s' en convaincre. On peut rappeler septembre 2004 avec le plus souvent aucune goutte tombée sur les 10 premiers jours. Au passage 2004,2005 et 2006 furent déficitaires en pluies. A St Etienne du Bois près de Bourg en Bresse cette première décade avec 86 mm est la plus arrosée depuis 1971 juste derrière celle de 1998. A Ambérieu avec 137,2 mm tombés sur les 10 premiers jours on peut annoncer que la station a déjà un excédent mensuel de près de 20 %. Et la nuit dernière il s 'est encore rajouté 34 mm.

Voyons le chapitre mercure. Avec tous ces nuages et les flux fréquents de sud qui ont ramené de la douceur de Méditerrannée, on ne peut pas trop se plaindre. Cela nous a évité d' avoir des nuits bien trop fraiches. Les moyennes sur les minimales sont supérieures d' environ 2° à la normale ( période de référence : 1971-2000). En journée, malgré souvent la grisaille, elles ont été d 'un bon niveau, souvent au-dessus des normales de plusieurs degrés. A noter que les 4 et 6 septembre furent par contre bien frais en journée où le thermomètre ne dépassa pas les 20°. La moyenne de cette décade pour les maxis tourne autour des 23 à 24° . On rappellera bien évidemment qu' un mois est fait d' excès ou de déficits pour faire une moyenne générale. On peut parier que septembre nous offrira encore de bien belles journées, du moins l' espère t' - on ! pour avoir un mois dit normal. Mais déjà côté pluies ce sera bien au-dessus pour ce premier mois de l' automne 2008. N' oublions pas non plus que l' automne est une des 4 saisons les plus pluvieuses qui permet de compenser les déficits éventuels des printemps et des étés et ces pluies sont très bénéfique pour nos nappes phréatiques mais moins pour les vendanges !.

 

Une seconde décade assez fraiche
 


Depuis quelques semaines nous revenons régulièrement sur une analyse des décades dans notre département de l' Ain. La seconde décade de septembre a déjà touché à sa fin. L' heure de son bilan a donc sonné. Le premier constat portera sur la pluviométrie. Après une première décade qui nous apporta près de la totalité des pluies normales pour un mois de septembre, la seconde a été un peu plus calme mais il s' est tout de même rajouté encore de bons cumuls aussi bien en plaine qu' en montagne, en particulier les 12 et 13. Entre 50 et 60 mm ont été le plus souvent relevés sur ces 2 journées. Le dimanche 14 a marqué un tournant avec le retour de conditions enfin anticyloniques qui ont stoppé le passage des parturbations. Mais en contre-partie un flux plus sec s' est orienté au nord. Il a fait de plus en plus frais sur cette décade, en particulier la nuit où les premières gelées ont été constatées dans le Haut Bugey et ce sur plusieurs matinées. Des pare brises furement même grattés en plaine du Revermont dans les endroits bien dégagés. Le plus souvent le mercure le matin tourna entre 3 et 6° ( la matinée du mercredi 17 fut la frisquette avec par exemple 3,1° sur Ambérieu). La moyenne sur la plaine de l' Ain pour les minimales s' établit aux environs des 9 à 9,5° pour cette décade. La moyenne minimale mensuelle sur la période 1961-1990 est de 10,5°. Nous sommes donc plutôt en déficit. La moyenne des maximales s' est retrouvée aussi en dessous des normales. Le déficit est de 3°. La moyenne du mois devrait être de 22°. En plaine celle-ci n' a pas dépassé les 19°, en particulier en raison des journées 13 et 14 très fraiches ( maxis inférieures à 15°). Tout cela contraste avec la première décade où nous étions au-dessus des normales, jusqu' à 2° pour les maxis. C' est un juste rééquilibrage. Par contre la moyenne à l' issue des 20 premiers jours est plus fraiche que la normale trentenaire citée plus haut. Tout cela peut nous paraitre exceptionnel et pourtant septembre 2007 par exemple nous avait apporté fréquemment des matinées bien fraiches.

 

Une 3e décade encore plus fraiche

Ce fut le prolongement en fait de la seconde. Les conditions anticycloniques ont perduré, empêchant toute invasion des pluies. L' air a continué à être continental, descendant du nord. Le mercure a donc continué à rester en dessous des normales saisonnières aussi bien la nuit que le jour. Il y a bien eu quelques journée qui se sont rapprochées des normales saisonnières mais elles furent bien rares. Le plus souvent, le mercure en maximale resta sous la barre des 20°. Les moyennes minimales comme maximales ont enregistré sur cette décade des déficits par rapport à un mois normal de septembre. On a enregistré environ 18° de moyenne (22° de moyenne sur la période 1961-1990). Les nuits souvent dégagées ont permis au mercure de bien baisser mais on a évité les gelées en plaine, contrairement aux reliefs qui ont relevé comme en seconde décade un peu de gelée blanche. Les brouillards ont été assez présents sur ces 10 derniers jours comme fréquemment le cas en cette saison dans notre département.Il a fallu parfois attendre la fin de matinée pour voir le soleil en plaine de l' Ain ou dans des secteurs bressans. Le soleil arrive encore en cette période de l' année à bien pomper l' humidité; en plein hiver le soleil n' aurait peut être pas été vu sur plusieurs jours! .La montagne a bénéficié de son côté d 'un ensoleillement généreux. Ce temps anticylonique nous a bien sûr protégé de la pluie si bien que quand les pluvios se sont déclenchés cela fut dû à la rosée. C' est un des contrastes de ce mois de septembre. Une première quinzaine excessivement arrosée et une seconde quinzaine parmi les plus sèches.

Accédez à un autre article de "Climatologie Ain" Précédent
Suivant

Date de création : 28/05/2010 @ 17:47
Dernière modification : 24/10/2017 @ 20:08
Catégorie : Ain

Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^