Menu déroulant horizontal by Papinou
L'essentiel dans l'Ain


Courbe du mercure réactualisée toutes les 5 min.
(
cliquez sur la carte)
Outside Temp History

Direct la Vattay



Direct Plans d'Hotonnes


Direct Pont d'Ain


Direct d' Ambérieu

Les autres webcams de l'Ain
---------------------------------------------


9 et 24 novembre 1944
inondations dans l'Ain
1950 un 11 novembre sous les eaux !

--------------------------------------------


 Retour sur le temps de l'automne 1957

------------------------------------


Vos prévisions météo à 10 jours 

 

 
-----------------------------------------
-----------------------------------------


Découvertes

La fête des alpages à Annecy

 C' est ici !
----------------------------------------
Pratique


Tout savoir sur les vigilances de Météo France
 C' est ici !
----------------------------------------

Changement climatique

Réchauffement de la banquise
  C' est ici !
------------------------------------------

Escapades

L'Aiguille du Midi

L' article complet ici
------------------------------------------

Escapades hivernales

A découvrir, la station des Plans d' Hotonnes
--------------------------------------------






Inondations - Les inondations de février 1928

Accédez à un autre article de "Inondations - Ain" Précédent
Suivant
Les inondations de la mi février 1928 dans l' Ain

La région a subi durant cette première partie de février d' importantes précipitations qui associées à la fonte de la neige en montagne ont occasionné d ' importantes inondations.


Mercredi 15 février

A Artemare on assiste depuis 48 heures à un véritable déluge. La pluie ne cesse de tomber tout comme d' ailleurs sur la majorité du département de l' Ain, de la Loire ou bien encore du Rhône. De plus la situation dans ce secteur de l' Ain a été amplifiée par les hauts sommets du Valromey recouverts de neige. Une abondante crue du Séran et de ses affluents a amplifié les dommages si bien que les riverains se sont retrouvés menacés d' une grande catastrophe. A Montrevel en Bresse, une tempête de neige suivie d' une pluie diluvienne a occasionné le débordement des rivières, l' inondation a envahi les parties basses de la vallée de la Reyssouze et du Reyssouzet. A Miribel près de Lyon, à la suite des pluies persistantes, le Rhône a commencé à prendre du volume. Lundi soir, le , les eaux arrivaient  au niveau du bas port vers un café; hier matin mardi 14, au jour, elles atteignaient le quai : ainsi le niveau du Rhône s' était élevé de 2 mètres durant la nuit alors que la pluie était encore bien menaçante.
A St Rambert en Buegy, l' Albarine vient de subir une très forte crue. La route de St Rambert à Ambérieu en Bugey a été coupée en plusieurs endroits. La crue fut tellement forte que la carderie des usines Schappe de St Rambert n' a pu fonctionner. Les caves commencent à prendre l' eau.
A Pont d' Ain, l' Ain subit l' une de ses crues les plus importantes depuis les 30 dernières années. La crue a surpris tous les riverains en raison même de son importance et de sa rapidité. Hier, rien ne faisait prévoir des inondations; la crue étant normale et s' effectuant lentement comme à l' ordinaire mais cette nuit vers 2 heures du matin la rivière subitement prenait une autre allure pour devenir inquiétante réellement à certains endroits. Les eaux gagnant de plus en plus en hauteur, l' Ain grossissait  presque à vue d' oeil en quelques heures. Son niveau s' élevait de plus de 1 m 30. Toute la matinée de mercredi ,les eaux suivaient leur marche ascendante et vers 11 heures du matin elles atteignaient à l' échelle d' étiage des ponts et chaussées de la route nationale le formidable niveau de 3 m 60. A ce niveau, c' est toute la plaine submergée par les eaux. On ne distingue presque plus le lit de la rivière, les rives ne s' aperçoivent plus et depuis Pont d' Ain pour aller loin en aval, c' est une immense étendue d' eau boueuse et jaunâtre d' où émergent seulement les saules et les peupliers. Durant la journée entière, la rivière n' a cessé de charrier des quantités d' arbres arrchés et c ' est en quantité également qu' on a vu passer les fagots de vorgines en raison des coupes faites dans les terrains cmmunaux. Vers 10 heures ce matin, les eaux se sont frayé un passage vers la fameuse et menaçante trouée des Bossières, pour s' engouffrer sur toute la rive gauche gagnant le village du Blanchon où d' un moment à l' autre les maisons risquaient de s 'inonder. Aussi les habitants ont pris leurs dispositions.
Le Suran de son côté qui se jette dans l' Ain entre Pont d' Ain et Varambon, a subi pareille crue. Toute la vallée qu' il traverse est inondée comme jamais et les prairies en bordure sont complètement submergées par les eaux. Tous les autres cours d' eau qui viennent ici se déverser dans l' Ain ont grossi démesurément. L' eau atteint presque 4 mètres à l' échelle d' étiage. Ici l' eau affleure le quai et commence à le couvrir. Sur la rive gauche les eaux gagnent de plus en plus en étendue et en largeur, ce qui donne à la vallée un spectacle réellement impressionnant. Du côté de Chambéry, la pluie qui continue à tomber avec abondance non seulement en plaine mais aussi sur les montagnes des environs immédiats ( faisant fondre la neige), a provoqué le déordement des torrents Lyasse et Albanne qui ont envahi les routes, coupant les communications par tramway dans les diverses directions. Toute la plaine de Lamotte Servolex a été inondée. Les eaux du lac du Bourget avancent dans la plaine de Voglans coupant les routes sur la ligne de St André le Gaz.

Jeudi 16 février

Depuis le dimanche 12, la pluie est tombée sans interruption dans la région de Bellegarde occasionnant une forte crue du Rhône et de ses affluents. A la perte du Rhône, le spectacle est impressionnant. Le Rhône qui roule un volume d' eau formidable traverse les barrages comme s' ils n' existaient pas, nivelant complètement la chute que l' on aperçoit plus du tout. L' usine électrique des Forces Motrices du Rhône située au confluent de la Valserine est arrêtée par suite de l' ensablement des turbines; la rivière grossie démesurément passe  à un mètre au-dessus de la digue et entre directement dans le bassin où se trouvent les grilles, lesquellles sont complètement obstruées par des arbres et des matériaux de toutes sortes. Les indutries qui reçoivent leur force de cette usine ont dû cesser le travail. D' autre part, un important éboulement du remblai sur lequel passe la route tournant de Rougelaus a interrompu la circulation entre Bellegarde et Lancrans; cette interruption durera plusieurs jours. On signale également des ruptures de canalisations d' eau provoquées par des glissements de terrain; les locataires des habitations à bon marché doivent venir en ville se ravitailler d' eau alors qu' ils en ont 50 cm dans leurs caves.
Sur le secteur de Pont d' Ain, la crue de la rivière d' Ain s' est accentuée au point de prendre rang parmi les crues les plus fameuses enregistrées dans la mémoire des Pondinois. Tous les quartiers bas de la ville sont inondés et l' eau commence à pénétrer dans beaucoup de caves sises cependant à une grande distance du lit de la rivière. A 13 heures, on signala que 2 maisons seulement du hameau du Blanchon sur la rive gauche n' étaient pas atteintes par le flot; le ravitaillement des sinistrés est opéré en barque sous la direction de la gendarmerie. L' immense plaine comprise entre Pont d' Ain et St Jean le vieux ne forme plus qu' une nappe d' eau boueuse sur laquelle voguent quantité de débris et d' oùu émergent seulement les grands arbres. Les riverains sont dans la consternation et pour le moment il est encore impossible d' évaluer les dégâts considérables occasionnés par cette crue. La route de Varambon est coupée par le flot à hauteur de l' ancienne usine de la Verrerie; celle d' Ambérieu est encore praticable mais les accotements sont déjà envahis rendant la circulation difficile. On aperçoit seulement pendant la nuit le va et vient des lanternes qu' agitent les malheureux riverains au cours de leur fuite hâtive, ce qui contribue à donner à la vallée avec le mugissement des flots un spectacle lugubre. A Cerdon la situation est aussi délicate. La petite rivière le Veyron s' est gonflée et est devenue méchante. Elle a envahi les caves et les écuries d' où on a dû déménager rapidement le bétail. Les jardins, les ruelles et même certaines rues sont sous les eaux. Dans certains quartiers, la circulation n' est plus possible et l' école du village a dû fermer. Par contre les cascades du Cerdon offrent un magnifique spectacle. Par suite des grosses eaux,toutes les petites industries ont dû fermer leurs portes, l' usine électrique du barrage de l' Allement sur la commune de Poncin n' ayant pu fournir l' énergie électrique nécessaire, l' éclairage électrique a manqué également.
A Lhuis dans le Sud Bugey, le ruisseau le Pissot, s' est transformé en torrent impétueux sortant de son lit en envahissant les propriétés riveraines qui ont été gravement endommagées. Dans la nuit le clairon a donné l' alarme, le hameau de Vernons était menacé par le torrent qui se répandait dans le village, plusieurs maisons d' habitations ont été envahies surtout les batiments, caves et entrepôts avec d' importants dégâts. L' écluse déborda de son côté. Les pertes des propriétaires riverains sont importantes.
A Ambérieu en Bugey, les cours d' eau ont subi des crues considérables; entre autres, l' Albarine a débordé et envahi sur une très grande surface les terres avoisinantes; en face de Bettant elle atteint presque les premières maisons du village; au dépôt PLM les fosses de nettoyage des machines sont pleines d' eau. Les communications sont coupées entre Bettant et Ambérieu et se font par St Denis en Bugey. Toute la plaine aux alentours de Virieu le Grand jusqu' à Belley et Artemare est submergée. Les riverains du Furans sont dans la consternation; on fait évacuer les écuries à Pugieu et Chazey-Bons. La route de Virieu à Artemare par Pont Navet est recouverte de plus d' un mètre d' eau. Elle se retrouve impraticable.  La cascade de Cerveyrieu roule des eaux torrentueuses dont le bruit s' entend à 5 kilomètres. L' Arène, rivière de Virieu le Grand atteint le sommet de l' arche du pont et donne des craintes supplémentaires aux riverains. Dans la soirée, la pluie avait cessé et le vent du nord paraissait vouloir souffler , en espérant la fin du désastre. Et finalement, dans les jours suivants, la situation alla en s' améliorant dans tous les secteurs du département de l' Ain durement éprouvés.

Accédez à un autre article de "Inondations - Ain" Précédent
Suivant

Date de création : 30/07/2010 @ 22:21
Dernière modification : 31/07/2010 @ 10:28
Catégorie : Inondations

Imprimer l'article Imprimer l'article

^ Haut ^