Menu déroulant horizontal by Papinou
Blog Météo - Analyse des dictons

 

Rubriques

FermerActualités en France

FermerAu fil de l' Ain

FermerChroniques du passé

FermerL' édito du vendredi

FermerLivres météo et sciences

FermerRéchauffement climatique

FermerReportages photos 2007-2010

FermerAnalyse des dictons

FermerLe saviez-vous ?

FermerLes news du monde

FermerLe coin des vidéos


Derniers billets
Analyse des dictons

La St Médard  -  par FT

Analyse du dicton de la St Médard

Il existe bon nombre de dictons. Certains ressortent parmi tant d’autres. On connait le fameux « Noël au balcon, Pâques aux tisons «  ou bien encore «  s’ il pleut à la St Médard, il pleuvra 40 jours plus tard à moins que Barnabé lui coupe l’ herbe sous le pied. Ils sont parfois régionaux ou en rapport avec un Saint. J’ ai souhaité créer une petite rubrique qui essaiera de tester la véracité de tous ces dictons. Les dictons ont souvent exprimé la crainte des agriculteurs envers la météo. C’était une sorte de baromètre de la météo. Ils ne possédaient pas comme de nos jours des données poussées pour prévoir le temps qu’ il allait faire. Ces dictons que l’ on emploie encore à l’ heure actuelle sont- ils réellement fiables ? Chacun sûrement a son avis dessus.  J’ ai voulu m’ amuser à vérifier tout ceci. Pour certains, ils ne sont que pure invention. Pour lever le voile sur tout cela, j’ avais envie donc de vous proposer une sorte de test de la plupart de ces dictons. Le travail d’ analyse est parfois important pour rechercher dans les archives des données. Nous nous contenterons à chaque fois de remonter jusqu’ aux années 40, ce qui déjà permettra de faire une bonne analyse je pense. On répertoriera les plus employés en les soumettant aux faits climatiques de ces toutes dernières décennies. La chose n’ est pas facile car dans de nombreux dictons tout est une question d’interprétation et certains sont un peu flous. Certains tiennent compte du vent qu’ il fait  tel jour, du temps des premiers jours du mois….

Prenons le cas de celui premièrement testé, en l’ occurrence la St Médard et la St Barnabé. Pour certains s’il pleut à la St Médard, il pleuvra 40 jours plus tard à moins que Barnabé lui coupe l’ herbe sous le pied. Pour d’autres s’ il pleut à la St Médard il pleuvra pendant 40 jours ! Sacré nuance ! L’ ambiguité peut aussi concerne le fameux Noël au balcon, Pâques aux tisons. Personnellement je considère que l’ on peut le passer au balcon s’il fait 15° ; pour les montagnards ce sera peut être s’ il fait que 10°. On essayera d’ analyser différentes hypothèses quand nous reviendrons sur l’ analyse de ce dicton. Plutôt qu’ un long discours, place à la première enquête concernant la St Médard. Bonne lecture.


 

Commençons par dire 2-3 mots sur ces 2 prénoms. Saint Médard de Noyon (en latin Medardus) est né en 456 à Salency en Picardie et il est mort le 8 juin 545 à Noyon. La Saint-Médard se fête le 8 juin. St Barnabé de son côté est considéré comme un saint par les catholiques romains (fêté le 11 juin) et les orthodoxes. Né à Salamine dans l'île de Chypre, Barnabé ne fait pas partie des douze apôtres, mais l'Église lui en attribue le titre pour la part prise par lui dans la diffusion de la parole du Christ. Il est le cousin de Marc l'évangéliste. Il met tous ses biens à la disposition des apôtres. Barnabé accompagne Paul de Tarse dans ses premières missions chez les païens. Il est mentionné dans les Actes des Apôtres au chapitre 15 concernant ce que l'on a appelé le concile de Jérusalem. La coopération entre Paul et Barnabé connut un désaccord suite à la composition de leur équipe de la jeune Église. Ici s'arrêtent les données fondées sur des documents fiables remontant au premier siècle. La suite repose sur des traditions beaucoup plus tardives et moins sûres. Il se serait retiré dans son île de Chypre où il serait mort martyrisé près de Salamine, actuelle Famagouste. Son tombeau, découvert sous l'empereur Zénon (Ve siècle), contenait un exemplaire de l'Évangile selon Matthieu. Il est aussi traditionnellement associé à l'Épître de Barnabé, bien que les érudits modernes pensent qu'il est plus probable que cette épître a été écrite à Alexandrie dans les années 130. On lui a également attribué des Actes qui sont apocryphes, et un Évangile de Barnabé, apocryphe musulman dont personne ne fait mention avant Ibrahim al-Taybili, vers 1634[1]. Selon Tertullien, il serait l'auteur de l'Épître aux Hébreux. Il est mentionné, en référence à saint Médard, censé provoquer la pluie lors de sa fête, par divers dictons liés à ce saint (s'il pleut à la saint Médard, il pleuvra quarante jours plus tard, sauf si... saint Barnabé l'en empêche). (Source : Wipikédia)

*********************************************************

 Ce dicton faisait souvent référence aux craintes des agriculteurs en cas de pluie persistante à une période importante pour leurs plantations et c’ est le plus connu des saints de pluie. En effet, la.
La Saint-Médard pourrait marquer le début d'une longue période de pluies désastreuses pour les récoltes auxquelles cependant Saint Barnabé et Saint-Gervais peuvent remédier : la pluie qui tombe au jour de la fête de Saint-Médard risquerait de durer même quarante jours d’ après certains écrits mais ce cycle pourrait être stoppé par le beau temps de la Saint-Barnabé ou par celui de la Saint-Gervais également. Barnabé aurait  le pouvoir de "rebouter la culotte" de Médard, qualifié "grand pissard".  Mais on trouve différentes variantes :

S'il pleut à la Saint Médard,
Il pleut quarante jours plus tard.
A moins que Saint Barnabé :
Ne lui casse le nez
Ne lui raccourcisse le nez
Ne lui tape sur le bé [bec]
Ne vienne lui lier le bé
Ne lui coupe le bé
N'y vienne mettre le nez
Ne vienne lui couper le pied
Ne lui coupe l'herbe sous le pied
Ne vienne l'arrêter
Ne vienne tout réparer
Ne vienne tout rattraper
Ne vienne tout corriger
Ne vienne tout raccommoder
Ne vienne tout arranger
Ne raccommode ce qui est gâté
Remette le pain dans la mée [maie]
...

D'autres dictons météorologiques où Saint-Médard et Saint-Barnabé interviennent ainsi que Saint-Gervais :

- Ce que Saint-Médard fait, Saint-Barnabé le défait

- S'il pleut à la Saint-Médard,
il pleut quarante jours plus tard
à moins que Barnabé
remette le pain dans la maie
mais s'il pleut à la Saint-Barnabé,
ça repousse jusqu'à la Saint-Gervais
qui ferme le robinet.

- Quand il pleut à la Saint-Médard,
Il pleut quarante jours plus tard,
à moins que Saint-Barnabé lui ferme le bec,
mais Saint-Gervais peut y mettre la paix.

- De Barnabé la journée clairette,
Saint-Médard rachète.

- Le soleil à la Saint-Barnabé
à Saint-Médard casse le nez.

- Si Médard et Barnabé comme toujours
s'entendaient pour te jouer des tours
tu auras encore saint-Gervais
qui le beau va ramener

- Quand il pleut à la Saint-Barnabé,
la vendange coule jusqu'au panier (Bretag
ne-Anjou-Maine

************************************************

On le voit qu’ il n’ y a que l’ embarras du choix !. Cette analyse portera sur la période allant de 1946 à 2008, soit plus de 60 années ?  ce qui devrait permettre d’ avoir une assez bonne idée de la véracité ou non de ce dicton. J’ ai choisi de prendre pour analyse la station météo de Lyon Bron. J’ ai pris en compte les précipitations éventuelles des 8 et 11 juin mais également celles du 18 juillet qui correspondent  aux fameux 40 jours qui les séparent de la St Médard.

 

Le premier constat que l’ on fera porte sur ce qui est moins répandu concernant ce dicton, à savoir le fait qu’ il pleuvrait pendant 40 jours. Sur les 63 années d’analyses ce constat ne s’ est jamais présenté. Peut être qu’ à l’ origine les agriculteurs avaient connu de graves intempéries les années très pluvieuses et que cela avait duré 40 jours sans interruption. L’ analyse montre parfois de la pluie sur plusieurs jours d’ affilée mais sans dépasser la semaine et en tout cas bien loin de 40 jours.

 

La seconde analyse effectuée concerne la vérification des jours de St Médard avec de la pluie. On découvre qu’ à Lyon la pluie se manifesta que 26  8 juin sur les 63 analysés dont un qui n’ apporta que 0,1 mm et que l’ on peut considérer plutôt comme de la rosée que de la pluie. La présence de la pluie a représenté pour la St Médard que 16 %. Donc on en conclu que la majorité du temps c’ est une date où le temps est sec. Le nombre de jours à titre de comparaison où il pleut à la St Barnabé, 3 jours plus tard est de 23 jours sur les 63 analysés dont 3 fois avec une pluviosité maximale de 0,3 mm. Les quantités qui tombent que ce soit le 8 ou le 11 juin restèrent faibles. Le 8 juin le plus pluvieux fut en 2001 avec 23,4 mm et pour le 11 juin ce fut en en 1975 avec 20,6 mm. Bien souvent dans ces cas-là on constate que cela tombe dans une période de précipitations sur plusieurs jours.

 

Le dicton annonce que s’il pleut à la St Médard il pleuvra 40 jours plus tard soit le 18 juillet. Si l’ on regarde le nombre de fois où il a plu un 18 juillet entre 1946 et 2008 on trouve 22 fois. Cela reste proche des statistiques des 8 et 11 juin.

 

Sur les 26 fois où il a plu pour la St Médard on découvre qu’ il plut également 3 jours plus tard que 7 fois. Globalement il y a environ 25 % de probabilité qu’ il pleuve à la St Barnabé quand il pleut pour la St Médard. On retrouve donc de la pluie à la fois les 8 et 11 juin les années 1949, 1957, 1963, 1971, 1990, 1992 et 2008 ; avantage aux années impaires.

Donc 7 fois Barnabé ne coupa pas l’ herbe sous le pied de St Médard. Et comme on l’ a vu plus haut il ne plut jamais pendant 40 jours mais par contre 40 jours après la St Médard cela est déjà arrivé comme on va le voir mais très rarement tout de même.

En effet sur les 7 fois où la pluie fut présente à la fois les 8 et 11 juin on releva également de la pluie le juillet des années 1949, 1957,  et 1971 ;  soit qu’ à 3 reprises en  62 ans ! et uniquement sur des années impaires !.et sur des périodes très rapprochées.

 

En conclusion en 63 années d’ analyses  par 3 fois seulement il y a eu de la pluie à la fois à la St Médard, à la St Barnabé et 40 jours plus tard soit le 18 juillet. Il y a donc environ 4,6 chances sur 100 pour que ce dicton se vérifie réellement ! On peut donc dormir tranquille ! car cette confiiguration ne s’ est pas vue depuis plus de 35 ans !.

Concernant les probabilités pour qu’ il pleuve à la fois les 8 et 11 juin cela ne dépasse pas 11 chances sur 100 !, ce qui fait que tous les 9 ans environ on peut être en moyenne dans cette configuration.

On rappellera aussi que la probabilité de voir la pluie les 8, 11 juin et 18 juillet est assez semblable avec un léger avantage à la St Médard, que depuis 1946 à Lyon la quantité maximale de pluie tombée fut en faveur du 18 juillet par rapport aux 8 et 11 juin.

 


Publié le 01/12/2009 @ 20:48  
Tous les billets  Prévisualiser  Imprimer l'article 
Archives
08-2017 Septembre 2017 10-2017
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
^ Haut ^