Menu déroulant horizontal by Papinou
L'essentiel dans l'Ain


Courbe du mercure réactualisée toutes les 5 min.
(
cliquez sur la carte)
Outside Temp History

Direct la Vattay



Direct Plans d'Hotonnes


Direct Pont d'Ain


Direct d' Ambérieu

Les autres webcams de l'Ain
---------------------------------------------


9 et 24 novembre 1944
inondations dans l'Ain
1950 un 11 novembre sous les eaux !

--------------------------------------------


 Retour sur le temps de l'automne 1957

------------------------------------


Vos prévisions météo à 10 jours 

 

 
-----------------------------------------
-----------------------------------------


Découvertes

La fête des alpages à Annecy

 C' est ici !
----------------------------------------
Pratique


Tout savoir sur les vigilances de Météo France
 C' est ici !
----------------------------------------

Changement climatique

Réchauffement de la banquise
  C' est ici !
------------------------------------------

Escapades

L'Aiguille du Midi

L' article complet ici
------------------------------------------

Escapades hivernales

A découvrir, la station des Plans d' Hotonnes
--------------------------------------------






Actus météo

vigne21042017.jpgLe gel fait de gros dégâts sur les vignobles du Bugey et du Cerdon.


Alors que des dégâts sont d’ores et déjà apparus ces dernières 48 heures sur la végétation et les cultures, les températures sont souvent descendues encore plus bas cette nuit avec la baisse du vent. Pour une fin avril, ces gelées peuvent être qualifiées de sévères et ne seront pas sans conséquence sur les végétaux.Il faut remonter bien loin en arrière, souvent trois décennies pour retrouver une situation pareille et même un peu plus encore pour ces niveaux de température. Ainsi, cette nuit, le mercure a plongé jusqu’à -3,3° à la station Météo France d’Ambérieu contre -2° hier à la même heure. Jamais il n’avait fait aussi froid pour un 21 avril depuis 1959 dans le département !. C’est ainsi un nouveau record de froid journalier nocturne qui a été enregistré, effaçant les -2,4° d’il y a près de 60 ans.  Au sol, les températures sont sous la barre des -5° ! . Il n’est pas rare ce matin de découvrir des  thermomètres encore plus bas qu’hier. Petit tour d’horizon des minimales dans le département :  -1,4° sur Viriat, -2,6° sur Pont d’Ain, -2,9° à St Etienne du Bois, -0,3° à Lélex, -1,8° à la Vattay, -3,2° sur Ceyzériat, -6,2° à Montoisey, -4,1° au sommet du Sorgia, -2,5° à Briord, -2,2° à Innimond, -7,8° sur Arbent.On évite les gelées ce matin en Michaille avec 1,9° sur Léaz et dans le Valromey (0,2° sur Sutrieu), 2,7° sur Belley. Elles sont faibles sur le secteur de Bellegarde (-0,8°). Même l’ouest du département n’a pas été épargné cette nuit avec un mercure qui a chuté à -1,5° sur Balan et sa région. La bise a encore été soutenue ce jeudi mais aujourd’hui elle sera en perdition. Petit à petit, on va regagner quelques degrés et l’on devrait se rapprocher des 15° en cet après-midi.

Alors que nous étions déjà dans une ambiance estivale, ce froid tardif mais pas exceptionnel a fait dès la nuit de mardi à mercredi de nombreux dommages qui se seront surement accentués cette nuit avec des minimales encore plus basses qu’hier. Même si le mercure sous abri n'est pas descendu extrêmement bas, ce gel a endommagé le vignoble AOP du Bugey et du Revermont avec des températures au sol qui ont tout de même plongé sous la barre des -5° à -7°. C’est même pire dans les combes exposées en plein nord. Les viticulteurs du département qui ne sont pas équipés notamment en raison du coût  comme pour les vergers de la vallée du Rhône de brûlots pour réchauffer les parcelles et limiter ainsi les conséquences de ce gel  craignaient le pire dès mercredi .  Dans certains secteurs, comme Lhuis, Marignieu, Briord, Groslée et St Benoit dans le sud du Bugey où il faisait -3° hier matin, dans le Revermont  vers Ceyzériat, Rignat,, Revonnas ou bien encore St Martin du Mont, on estime que la vigne est détruite entre 10 et 100 %. Sans compter également le secteur du Cerdon qui aussi vu le mercure descendre bien bas. En revanche comme on l'a vu dans les températures relevées, en raison de la persistance du vent ou pas et de l'exposition on constate des différences et le secteur de Belley  ( tout comme Gravelles près de St Martin du Mont) a été plutôt préservé alors que l'on ne devrait plus parler de gelée demain matin mais le mal est déjà largement fait.
Ce froid tardif est en tout cas un coup dur alors que les ceps comptaient jusqu'à trois semaines d'avances sur le calendrier. Il faudra sauver ce qui peut encore l'être et entamer un nouveau travail de taille. Le  secteur de Belley pourrait quelque peu sauver la mise de la cuvée des vins du Bugey pour cette année même si plus tard c'est la grêle parfois fréquente dans ces secteurs que l'on espèrera éviter cet été.
Dans le Jura tout proche, on a évoqué ces 2 derniers jours les températures très basses également et là encore les dégâts sont importants. De Saint-Amour à Salins-les-Bains en passant par Château-Chalon, l’Étoile et Arbois où on relevait -2° hier matin, les vignes jurassiennes ont subi un fort gel dans la nuit de mardi à mercredi, mais aussi de mercredi à jeudi. Et la toute dernière aura probablement achevé les parcelles qui n’avaient pas encore été totalement atteintes : Champagnole -3,9°, Le Fied -2,6°, Arbois -0,5°, Dole -0,8°, Lons -0,4°, St Julien -4,1°, La Pesse -2,9°.
 


Avril 1913 et 1921 : des gelées dramatiques.


Tout d' abord en 1913. Les 13 et 14 avril, dans toute notre région, les gelées ont causé d' énormes dégâts. Le mal fut vite fait dès la première nuit froide même s' il semblait que les pertes ne seraient pas trop considérables. La nuit du 13 au 14 accentuera le désastre. Et ce qui avait résisté à la première attaque a été gravement atteint par la seconde. Partout dans le Bugey, dans le Revermont, sur les bords de la Saône, les nouvelles furent les mêmes : le mercure est descendu à -4° et la vigne et les arbres fruitiers furent gravement touchés. La récolte de certaines vignes du Revermont est complètement anéantie alors que depuis déjà 4 années la récolte s' avérait presque nulle.


En 1921, à pareil époque nous subissons une vague de froid ( entre le 14 et le 17 avril). Les arbres auront souffert mais pas autant que ce qui était affirmé. C' est surtout dans le Bugey que l' on signale de la neige et de fortes gelées. Dans le secteur de Pont d' Ain, à la suite du brusque abaissement de la température, il a neigé dans toute la région comme en plein hiver. Dans la nuit du 16 au 17 le mercure est descendu bien bas si bien qu' à 11 h du matin il faisait encore -1°. La gelée a produit des effets désastreux. Les arbres fruitiers qui étaient en pleine floraison ont été durement éprouvés, notamment les cerisiers, les poiriers et les noyers. Dans la région de Belley là encore l' abaissement du mercure s' est encore accentué durant la nuit où on releva jusqu' à -3°. Il s' en est suivi une assez forte gelée qui a causé dans les bas-fonds de sérieux dégâts, tant à la vigne qu' aux fourrages artificiels ainsi qu' aux arbres fruitiers dont la récolte parut plus que compromise. Sur Lhuis, la neige tomba toute lanuit, recouvrant ainsi les montagnes environnantes d 'un manteau blanc comme en plein hiver. De plus la gelée s' est faite sentir. Des dégâts importants ont été causés aux vignes, arbres à fruits et jardins potagers. Le froid continue et l' on craignit ainsi pour les autres récoltes qui étaient en avance. Sur Virieu le Grand, la neige a fait à nouveau son apparition et le thermomètre est descendu à -2°. Les récoltes  particulièrement les arbres fruitiers et la vigne ont eu à souffrir de la gelée.


 

^ Haut ^