Menu déroulant horizontal by Papinou
L'essentiel dans l'Ain


Courbe du mercure réactualisée toutes les 5 min.
(
cliquez sur la carte)
Outside Temp History

Direct la Vattay



Direct Plans d'Hotonnes


Direct Pont d'Ain


Direct d' Ambérieu

Les autres webcams de l'Ain
---------------------------------------------


9 et 24 novembre 1944
inondations dans l'Ain
1950 un 11 novembre sous les eaux !

--------------------------------------------


 Retour sur le temps de l'automne 1957

------------------------------------


Vos prévisions météo à 10 jours 

 

 
-----------------------------------------
-----------------------------------------


Découvertes

La fête des alpages à Annecy

 C' est ici !
----------------------------------------
Pratique


Tout savoir sur les vigilances de Météo France
 C' est ici !
----------------------------------------

Changement climatique

Réchauffement de la banquise
  C' est ici !
------------------------------------------

Escapades

L'Aiguille du Midi

L' article complet ici
------------------------------------------

Escapades hivernales

A découvrir, la station des Plans d' Hotonnes
--------------------------------------------






Actus météo

17/10/2017 : coup de chaud dans l'Ain ! - par FT le 17/10/2017 @ 00:07

cerdon15102017.jpgRecord de chaleur battu pour un 16 octobre !

Après un magnifique week end, juste contrarié parfois par un vent de sud assez soutenu, le beau temps a joué les prolongations en ce lundi. Il fallait bien en profiter car si mardi sera encore chaud pour la saison, ensuite les températures commenceront à décliner et revenir à des niveaux plus conformes à la normale saisonnière. Et l'on attend avec impatience le retour d'un peu de pluie alors que nous sommes pour l'heure sur des quantités annuelles exceptionnellement basses.

Ce temps quasiment estival est dû à un anticyclone qui s'est étendu du Maghreb jusqu' au nord de notre pays en fin de semaine dernière.Ces hautes pressions ont été alimentées par de l'air chaud d'origine subtropicale d'où ce caractère estival depuis ces derniers jours et qui devrait donc bientôt se terminer.
 
Il n'y a pas eu de records journaliers durant ce dernier week end malgré des pointes parfois proches de 25° comme sur Bellegarde. Mais nous en étions pas loin avec samedi un thermomètre qui a grimpé jusqu'à 25,3° ( le record étant à 25,4° depuis 1990). c'est tout de même 9° au-dessus des normales saisonnières. Dimanche, on relevait encore 25° mais le 15 octobre 1949 on avait relevé 25,2°. Et ce lundi, le record journalier pour un 16 octobre est tout de même tombé avec 25,1° peu après 16 h, effaçant ainsi le précédent de 24,9° qui remontait à 1967 !. A noter qu'à 16h, la douceur était bien évidemment générale avec  23° sur la région de Belley, 24,9° sur les bords de l'Ain, 24,5° dans les Dombes et même 25,7° sur Arbent, si réputée pour ses froides températures hivernales..
 
L'an passé, à titre de comparaison pour le 16 octobre, le temps était plutôt doux avec des températures proches des 20°. Mais en 2015, à pareille époque, le temps était par contre bien hivernal pour une  mi-octobre avec des maximales qui n'avaient guère franchi la barre des 5° en plaine, avec le retour de la neige dès 1000 m d'altitude. On avait même battu des records de froid et les gelées avaient été précoces
 
Ce temps très agréable est en tout cas loin d'être exceptionnel car les épisodes de grande douceur pour un mois d'octobre sont souvent au rendez-vous et même parfois plus tardivement. Ainsi, en 2012, du 20 au 22, le thermomètre avait grimpé parfois jusqu'à 26° en plaine. De même, plus loin en arrière, on approchait des 25° les 26 et 27 octobre 2006.
 

10/10/2017 : un mois de septembre frais - par FT le 10/10/2017 @ 17:52

mercureamberieuseptembre2017.pngAIN : en septembre, la pluie a encore fait défaut.

Ce mois de septembre tranche véritablement avec les tendances depuis le début de l’année. En effet, après tant de mois successifs avec des températures largement au-dessus des normales saisonnières, le mois dernier a cette fois-ci affiché un déficit de 1°. La moyenne globale s’est ainsi établie pour la station d’Ambérieu à 15,5° contre 16,5° sur la période de référence (1981-2010). Dans le détail, c’est la seconde décade qui enregistre le déficit le plus important avec  2,2° sur les minimales et 2,7° sur les maximales. La première s’est retrouvée dans les normales. Quant à la dernière, elle atténue quelque peu le déficit général et termine à peu près dans les moyennes trentenaires avec des températures diurnes excédentaires ( +1,7°). Ce sont les températures  nocturnes souvent assez fraîches qui donnent ce bilan thermique. Nous sommes sur celles-ci 1,4° sous les normes. En début de mois, les 4-5 sont des journées encore bien estivales avec un mercure qui grimpe jusqu’à 28° parfois. Jusqu’au 13, nous conservons des niveaux  globalement agréables. Par la suite, la fraicheur va progressivement se mettre en place avec à peine 15° les 17 et 19. Tout la dernière décade nous offre à nouveau des températures très agréables où la journée du 29 sera notamment pour le bord de l’Ain la journée la plus chaude de ce mois avec 27,4°. A Ambérieu, on relèvera la même température qui est un remake d’il y a tout juste un an où le nouveau record journalier avait été enregistré. Les minimales avec l’absence de couverture nuageuse sont souvent assez basses  et notamment le 21 avec à peine 4° sur certains postes. Mais ce n’est pas un record. Ce jour-là, on frôle la gelée sur le plateau d’Hauteville mais le premier jour de gel s’était produit le 15 avec -0,5°. Par le passé, la première gelée automnale fut bien plus précoce.
pluieamberieuseptembre2017.pngOn rajoutera encore que la nuit la plus douce fut le 6 et pour la plus chaude le 5 sauf exceptions. L’autre fait notable de septembre c’est encore la faiblesse des précipitations. Ainsi, la sécheresse s’accentue dans le département. La dernière journée assez humide du mois n’aura pas été suffisante pour inverser la tendance. La plupart du temps, septembre n’a donné qu’une cinquantaine de millimètres dans la plaine de l’Ain ou même en Bresse. Le déficit est ainsi très marqué et atteint à Ambérieu comme partout dans les environs les 50 %, malgré un nombre de jours de pluie (9) dans les clous. Mais chaque épisode n’a donc apporté que très peu de millimètres. Le 9 fut souvent la journée la plus pluvieuse mais avec à peine 15 mm. L’ensoleillement  sans être exceptionnel avec 189 h affiche un très court excédent. Il y a eu beaucoup de journées avec du soleil mais pas forcément d’une forte intensité ( 3 jours contre 7,5  pour la norme). Enfin, nous retiendrons les dégâts du coup de vent du 14 dans le pays de Gex avec de nombreux arbres couchés.



 

ciel14092017.jpgTEMPETE :

près de 9000 foyers privés de courant du pays de Gex  à la Haute Savoie hier matin.


Le ciel avait hier matin des allures d’apocalypse dans la région et le vent  soufflait parfois avec vigueur. Les bourrasques qui ont balayé la Haute Savoie et le Pays de Gex en milieu de matinée ont engendré de sérieuses perturbations notamment pour les automobilistes et les usagers de la SNCF. Et au plus fort de la tempête, selon ERDF dans un communiqué, près de 9000 foyers ont été privés d’électricité. Hier soir, la situation s ‘était fortement améliorée avec  75 % d’entre eux qui ont pu être rétablis mais à 16 h, 2000 foyers restaient encore impactés en Haute Savoie ( saint Laurent, Annecy, Echenevex) et dans notre département de l’Ain ( Billiat, Péron, Villes, saint Jean de Gonville). Pas moins de 40 agents ont été dépêchés sur le terrain où tout devait rentrer dans l’ordre dans la soirée d’hier. Il n’y a eu que des dégâts matériels notamment dans le pays gessien sur les contreforts du Jura où des arbres littéralement déracinés et poteaux ont été couchés au plus fort des coups de vent. Pompiers, services municipaux et habitants ont été sur le pont dans l’après-midi pour dégager plusieurs routes, nettoyer les parcs. Les secteurs les plus touchés par les coupures de courant ont été Evian, Thonon, Bonneville avec des rafales jusqu’à 72 km/h, Annecy où un arbre est tombé en plein centre-ville, la Roche sur Foron, Bellegarde et surtout le pays de Gex selon Enedis.
A Evian, le fort vent et la pluie soutenue ont contraint d’annuler la première journée de l’Evian Championship de golf féminin.

Trafic routier bien perturbé

Le trafic routier et celui de la SNCF ont été très perturbés dans tous ces secteurs pour cette tempête  courte mais brutale. Un arbre s'est abattu sur la RD1201 à Saint-Martin-Bellevue et un gros bosquet est tombé sur la RD3508 au niveau de l'aérodrome d'Epagny Metz-Tessy. La circulation a été très perturbée pour une durée indéterminée. A 11h25, la circulation a été rétablie sur la RD 1201 à Saint-Martin-Bellevue.
Un pylône est également tombé sur la RD1205 à la limite entre Vougy et Marnaz. Un câble électrique traverse la chaussée, la circulation interrompue par la gendarmerie sur ce secteur pour une durée indéterminée.
Le trafic SNCF a également été perturbé entre la Savoie et la Haute-Savoie, là encore en raison de chutes de branches sur les rails.
Entre Vougy et Marnaz, sur la RD1205, à la suite de forts coups de vent, un pylône est tombé en travers de la chaussée.
Au total, les secours qui ont croulé sous les appels à leur standard ont effectué 16 interventions liées aux intempéries ce jeudi matin, principalement dans ces secteurs (Pays d'Evian, Bassin annécien et Vallée de l'Arve).


AIN : du vent mais aussi une dégringolade du mercure hier.

Dans le reste du département de l’Ain, le vent a soufflé en rafales entre 40 et 55 km/h de la Bresse au Bugey et 75 km/h sur la partie jurassienne du département. Dans le secteur du Valromey où les pointes de vitesse ont atteint les 87 km/h sur Sutrieu, il n’y a pas eu de dommages signalés. Le vent qui a basculé au nord en milieu de matinée a surtout fait dégringoler le thermomètre passant notamment sur les bords de l’Ain de 20° à 7 h du matin (avec un vent de sud qui souffla toute la nuit précédente) à tout juste 12° à la mi-journée avant de remonter quelque peu dans l’après-midi à la faveur du retour du soleil. Dans le Revermont, il faisait à peine 11° à midi. On ne releva que quelques millimètres sur Ambérieu mais une bonne quinzaine sur le sud du département vers Briord et Innimond et dans le Valromey d’une façon générale.
Matinée bien froide : nous sommes loin du temps du mois de septembre de l’an passé. L’automne s’est vraiment mise à jour du calendrier météorologique avec depuis le début du mois, plusieurs journées assez fraiches et souvent sans soleil éclatant. Et la nuit dernière avec un ciel assez dégagé, le thermomètre a bien chuté. On a enregistré à peine 4,8° sur St Etienne du Bois, 4,7° à Ambérieu soit 6° sous les normales saisonnières et seulement à 2 dixièmes du record journalier qui est dont de 4,5° le 15 septembre 1996, 4,9° sur Pont d’Ain, 3,8° sur Briord, 3,4° sur Bellegarde, 5,1° sur Innimond, 3,9° sur Léaz, 3° sur Arbent,  et seulement 1,2° sur Lélex et 0,4° sur les plus hautes cimes du Jura gessien. C’est bien bas également sur le Jura voisin avec 0,3° aux Molunes et même sur la Pesse où l’on vient d’enregistrer la première gelée sous-abri de cette automne avec -0,1° à 7 h. Dans la journée, le soleil bien présent devrait faire remonter la température jusqu'à près de 20°. Mais dans les prochains jours, le mercure restera bien timide et aure bien du mal à atteindre ces niveaux. L' été semble cette année définitivement  fini même si le passé plaide tout de même en sa faveur avec parfois de belles journées en octobre. D'autant qu'une certaine amélioration semble se dessiner à partir de mercredi prochain.


 
 

13/09/2017 : un mois d'août bien estival - par FT le 13/09/2017 @ 23:29

mercureamberieuaout2017.pngAoût : bien plus chaud que la normale dans l'Ain.

On pourrait reprendre les chiffres du mois de juillet tant ce mois d’août s’en est rapproché.  Ce troisième et dernier mois d’été a été marqué une fois de plus par de la chaleur et une pluviométrie variable suivant les secteurs.  La moyenne globale s’est établie pour la station d’Ambérieu à 22,4° soit un excédent de 2,1°. Les minimales accusent un surplus de 1,8° et 2,4° pour les maximales, respectivement à 15,8° et 29°. En juillet dernier, la moyenne des maximales était au même niveau. Et juin enregistra les mêmes données. On constate ainsi que cet été 2017, parmi l’un des plus chauds depuis l’après-guerre, après celui historique de 2003, a été du début à la fin exceptionnellement homogène. Les premiers jours du mois ont été caniculaires avec des pointes à 35 voire 37° notamment le 3. Aucune vigilance canicule cette fois-ci ne sera déclenchée car dans le département les nuits demeurent relativement respirables. Par la suite, une petite baisse s’est amorcée avec une journée du 11 particulièrement fraîche pour la saison  avec à peine 21° et où la pluie a dominé. Par la suite, en fin de seconde décade,  les températures sont peu à peu remontées et les 30° ont à nouveau été franchis dès le 22 après une matinée du 21 frisquette (à peine 8 à 9° en plaine). Et la dernière décade a été la plus chaude des trois avec à nouveau des pointes à près de 35° comme le 29. La moyenne fut ainsi au-dessus des normales de près de 4° alors que la seconde décade ne le fut que de 0,7° toujours en ce qui concerne les maximales. Pour les minimales, jamais une dernière décade d’août n’avait été aussi chaude avec 17,1° toujours pour pluieamberieuaout2017.pngAmbérieu. Mais août 2003  détient toujours largement les moyennes générales  les plus fortes. Si juillet avait marqué le pas, août s’est rattrapé avec pas moins de 10 records de chaleur battus dont la moyenne journalière jamais relevée pour un mois d’août ( le 3 avec  30,6°). Côté précipitations, elles ont été assez variables sur le département. Si au final, la plaine de l’Ain termine dans un léger excédent avec 90,2 mm pour 9 jours de mauvais temps et que le bas Bugey dépasse les 100 mm avec une journée du 8 où les rues de Belley ont été inondées ( 90 mm ce jour-là sur Brégnier Cordon), le haut Bugey par contre ne totalise que 78,3 mm sur Hauteville et à peine 80 mm sur le Valromey. Et le long de la rivière d’Ain, la barre des 70 mm n’a même pas été atteinte. Côté ensoleillement, les chiffres mensuels sont excellents avec près de 278 h soit un excédent de 10 % par rapport aux normales. L’an passé on frisait les 330 h. Dans les faits marquants, nous retiendrons encore une rivière d’Ain toujours en souffrance avec de nouveaux lâchers depuis Vouglans et une nouvelle vigilance aux orages le 30.


 

L'Ain en vigilance orange pour les orages jusqu'à minuit.

L'Ain depuis 15 h cet après-midi a été placé en vigilance orange pour de possibles violents orages. Cela concerne également le Rhône, Loire, Cantal, Haute Loire, Allier et Puy de Dôme pour notre région et Jura et Saône et Loire en limitrophe. Il s'agit d'un épisode orageux actif accompagné de très fortes averses, de grêle et de fortes rafales de vent nécessitant une vigilance particulière.
A noter encore que le Rhône ( et la Loire) est maintenu également pour un épisode très chaud, tardif et du même ordre que celui qui nous a touché l'année dernière à la même époque, mais un peu plus durable. Phénomène nécessitant une vigilance particulière notamment pour les personnes sensibles ou exposées.


Faits nouveaux :
Des orages violents éclatent depuis 16h sur plusieurs départements placés en vigilance orange orage.
Les départements de l'Allier et du Puy-de-Dôme passent en vert concernant la forte chaleur. Dans l'Ain, les maximales ont encore franchi aujourd'hui la barre des 30°.


Situation actuelle :
Orages: les orages deviennent plus virulents depuis 16h, notamment du Cantal à la Margeride et au Forez. On a relevé de fortes intensités atteignant par exemple 15 mm en seulement 6 minutes vers Brioude et dans les monts du Forez.Les cumuls en 3h dépassent 40 mm toujours vers Brioude, 30 mm sur le massif du Forez, le nord de Roanne, le secteur de Montbrison, le haut Beaujolais. Des rafales de vent entre 60 et 80 km/h sont fréquentes dans ces mêmes secteurs, 85 km/h à Fontannes(43).
Canicule: la température atteint encore 30 degrés à Lyon, Saint-Chamond, Grenoble, 33°C en vallée du Rhône.


Evolution prévue :
Orages: Des orages vont continuer de circuler en cette fin d'après-midi et soirée sur l'ensemble du Massif central et gagneront aussi le Beaujolais et la Bresse en début de soirée. Ils s'accompagneront de très fortes averses grêle et de fortes rafales de vent parfois supérieures à 80 km/h. Des cumuls de 50 mm en 1 heure sont possibles. Les orages devraient devenir moins violents en fin de nuit prochaine sur le Massif central mais s'étendront jeudi matin à la vallée du Rhône, Isère et Jura.
Les cumuls de pluie sur l'épisode peuvent atteindre 70 mm sur la moitié est du Massif central et les Monts du Lyonnais. Dans l'Ain, sur les prochaines 24 h, on attend localement jusqu'à 50 mm de cumuls en plaine le long de la rivière d'Ain, et parfois jusqu'à 60 -70 mm de la Bresse au haut Bugey et pays de Gex. On notera également une dégringolade du thermomètre où l'on devrait perdre près de 10 à 12° sur ces 24 h sur les maximales.
Canicule: l'épisode caniculaire se poursuit jusqu'à la nuit prochaine avec,des températures nocturnes encore élevées jusqu'à l'arrivée des orages. La vigilance orange et jaune sera levée jeudi à 06h locales sur les départements encore concernés.

 

29/08/2017 : encore 24 h de forte chaleur - par FT le 29/08/2017 @ 23:20

vigi27082017.jpgRecul encore léger des maximales ce mercredi

La masse d'air est toujours très chaude sur une grande partie de la région.On relève actuellement 36°C à Vichy, 35°C à Lyon, 35.7°C à Clermont-Ferrand, 35.1°C à Saint Etienne.
On a également relevé 33 à 36°C en vallée du Rhône .
Evolution prévue :
L'épisode caniculaire se poursuit la nuit prochaine avec des valeurs le plus souvent comprises entre 19 et 22 °C. Il y aura certainement un a deux degrés supplémentaires dans les centres villes.
Sur les départements voisins, placés en jaune canicule, les températures resteront encore très chaudes en plaine.
Les températures maximales amorceront une baisse sensible pour la journée de demain mercredi sur Puy de Dôme et Allier (autour de 30 °C) mais resteront encore élevées sur Loire et Rhône (de l'ordre de 32 °C). On peut donc s'attendre à un retour au jaune canicule sur Puy de Dôme et Allier sur la carte de demain 06h, tandis que sur Loire et Rhône il faudra attendre jeudi matin.
Un épisode pluvio-orageux fera suite à cet épisode de canicule.

************************************************

Côté Saône et Loire - Jura


En cet après-midi de mardi, les températures se situent pour la plupart entre 32 et 34°C sur la Saône-et-Loire et le Jura, avec des pointes à 36°C observées actuellement à Châtillon-sur-Seine (21), Varzy (58) et St-Yan (71).
Evolution prévue :
La chaleur va se maintenir jusqu'à mercredi après-midi sur les départements en vigilance orange, mais c'est aujourd'hui mardi qui sera la journée la plus chaude.
Les départements du Doubs, de Haute-Saône, de la Côte-d'Or et de la Nièvre restent en vigilance jaune pour les fortes chaleurs : les températures y sont légèrement inférieures à celles prévues pour les départements en orange.
Cet après-midi sur les départements de Saône-et-Loire et du Jura, les températures maximales atteindront 34 à 36°C en plaine le plus souvent, localement 37°C. La nuit prochaine sera encore chaude avec des températures au lever du jour comparables à celles de ces derniers jours, comprises entre 18 et 22°C, voire localement pas moins de 23°C en plaine de Saône et de Bresse.
Mercredi, le temps va changer avec une dégradation pluvio-orageuse attendue l'après-midi. Ainsi, les températures maximales seront en légère baisse par rapport aux jours précédents, autour de 30 à 33°C au plus chaud de la journée. Les températures les plus chaudes se seront alors déplacées plus vers l'est, en Alsace et départements alentour, qui seront alors concernés par un pic de chaleur de courte durée (jusqu'à 34°C possibles localement dans ces secteurs).
Pour tous les départements évoqués ci-dessus, le véritable rafraîchissement se produira jeudi et mettra fin à cet épisode de fortes chaleurs.


 

photonews/soleilchaud.jpgAIN : chaleur, orages et sécheresse ont dominé l’été.

L’été météorologique touche à sa fin. Avant de revenir prochainement sur le bilan chiffré, retour sur les principaux évènements climatiques marquants dans notre département. Et cela commence dès la mi-juin avec une vigilance orange aux orages. Elle sera suivie le 15 par les premiers records de chaleur journaliers avec près de 33° relevés à Ambérieu. Sur ce mois-ci, il y aura pas moins de 13 records battus. Après déjà un printemps bien sec, la préfecture place l’Ain en vigilance sécheresse dès le 16 juin. Trois jours plus tard, nous sommes placés en vigilance canicule. Les maximales atteignent chaque jour de nouveaux sommets. Le 20 juin où le mercure frise les 35°, il est décidé du premier lâcher d’eau  sur la rivière d’Ain depuis le barrage de Vouglans pour sauver notamment la faune en abaissant la température de l’eau. Il y en aura bien d’autres tout au long de cet été dont le dernier en date dans la nuit du 25 au 26 août dernier. Jamais, un été n’avait connu autant de lâchers sur la rivière. Le  22, la canicule est maintenue avec une pointe de 37,2°. Il faudra attendre le 24 juin pour voir cette vigilance orange prendre fin. De nombreux records atteints en 2003 et qui déjà étaient élevés n’auront pas résisté. Ce mois de juin se classera à la seconde place des moins de juin les plus chauds après celui d’il y a 14 ans. La chaleur marque ensuite une courte pause et la canicule revient dès le 6 juillet avec plus de 20° la nuit suivante dans le Bugey. Des orages parfois violents accompagnés de grêle notamment vers Montluel succèdent à cette nouvelle vague de chaleur, plus courte que celle de juin. Les précipitations demeurent toujours aussi déficitaires et la situation des nappes phréatiques ne cesse de se dégrader dans la plupart des secteurs du département. La journée du 30 juillet restera dans les annales. Des orages d’une violence extrême ont balayé en soirée une partie de la Bresse. Les dégâts sont conséquents avec des grêlons qui atteignent parfois la taille de balles de golf : voitures cabossées, vitres brisées, arbres arrachés  et toitures parfois en partie emportées par les fortes rafales de vent, cultures maraîchères détruites, coupures de courant dans plusieurs communes. Les secteurs les plus touchés sont Marboz, Attignat, Viriat, Coligny, St Etienne du Bois, Courmangoux. Et le lendemain, le préfet renforce les restrictions face à la sécheresse persistante. Juillet aura été chaud et sec. Le 1er août, c’est une nouvelle alerte aux orages suivie à nouveau par des températures caniculaires avec jusqu’à 27° dans la nuit du 2 au 3. Le 8, c’est la région de Belley qui se retrouve sous un déluge de pluie avec des rues inondées. On relèvera sur le secteur jusqu’à 90 mm tombés en quelques heures. Enfin, après quelques matins plus frais, cette fin d’août est à nouveau marquée par la chaleur mais sans records notables. Un 3e mois d’été qui sera au final là encore chaud et bien trop sec.

 

Toujours de chaudes températures.

C'est un épisode très chaud, tardif, du même ordre que celui de l'année dernière à la même époque, mais un peu plus durable qui touche notre région où les maximales il y a tout juste un an avaient dépassé dans notre département la barre des 35°. Ce phénomène nécessite encore une vigilance particulière notamment pour les personnes sensibles ou exposées. L'Allier, la Saône-et-Loire, Jura, Rhône, Loire et Puy de Dôme restent encore en vigilance orange; les autres de la région étant tout de même en couleur jaune sauf les Savoie ( vert)


Situation actuelle :
La masse d'air est toujours très chaude. A 15h il faisait 35° à Albi, 33° à Lyon et Vichy, 32° à Clermont-Ferrand, Saint-Etienne et Montauban.

Le département de l'Allier passe au niveau orange en prévision des températures du lundi et des jours suivants.
Les départements du Cantal, de la Haute-Loire et de l'Isère passent au niveau jaune en raison de la hausse des températures à venir.


Evolution prévue :
Cet après-midi les températures ont gagné encore quelques degrés, les maximales vers 17 heures furent généralement comprises entre 34 et 36°C dans le Puy-de-Dôme, la Loire et le Rhône, l'Allier.
Cette nuit, les minimales seront voisines de 20° (Lyonnais (22°C), Clermontois (21°C), Stéphanois (19°C), Allier (20°C), mais aussi dans les départements placés en vigilance jaune avec 22°C à Ambérieu, 20°C à Bourgoin, 18°C à Grenoble, vallée du Rhône, 17°C à Brioude et Aurillac.
Lundi et mardi, les températures seront encore très élevées. Dans l'après-midi elles seront, sur les départements placés en vigilance orange, souvent comprises entre 34 et 36 degrés..
Sur le reste du pays, il fera aussi chaud avec des maximales comprises souvent entre 30 et 35°. Sur Paris la température maximale prévue pour lundi est de 32 degrés.
Cette période de chaleur se poursuivra au moins jusqu'en milieu de semaine prochaine.

 

mercureamberieujuillet2017.pngAIN : un mois de juillet chaud et bien sec.


Le mois de juillet a suivi la tendance du mois de juin. Il a été très estival avec des niveaux de températures bien au-delà des valeurs saisonnières. Et une fois de plus, nous notons un déficit très prononcé de la pluviométrie. Dans le détail, la moyenne globale s’est établie à n22,6° soit un excédent de 1,8°. La moyenne des minimales a été d’une parfaite uniformité sur les trois décades ( 16,1°). La moyenne des maximales affiche à la station d’Ambérieu 29°, c’est 2° que la normalité. C’est la seconde décade qui a été la plus chaude avec la moyenne générale la plus élevée ( dont un excédent de 3,2° sur les maximales) suivie de la première et enfin de la dernière. Les premiers jours du mois enregistrèrent des matinées assez fraîches avec à peine 11° le 4 ; 7,7° seulement à Hauteville ou 8,5° à Sutrieu. Il s’en est suivi des journées assez chaudes et même à tendance caniculaires comme 7. Le 8, on enregistre le premier record du mois avec 35,2° à Ambérieu, effaçant les 34,7° du précédent qui remonte à 1959. Ce jour-là, on bat aussi le record de la moyenne journalière la plus chaude. Cette journée fut la plus chaude du mois; un niveau inférieur à juin où la barre des 37° avait été franchie. A Hauteville, le mercure a grimpé ce jour-là jusqu'à 32,6°.Entre le 10 et le 16, les nuits sont relativement respirables tout en conservant des maximales assez chaudes en journée, le plus souvent entre 27 et 30°. Entre le 17 et le 20, le thermomètre repasse la barre des 30° et un record journalier de chaleur nocturne tombe le 19 avec 21,9°, remplaçant celui qui datait de 1979 avec 21,5°. La dernière décade a été plus supportable avec des températures plus conformes à la saison avant ensuite un nouveau coup de hausse les 30 et 31, ce qui nous vaudra un nouveau record de chaleur durant la nuit avec 23,2°, contre 22,6° en 1989. Avec 4 records mensuels, nous serons bien loin des 13 battus au mois de juin dernier.
pluieamberieujuillet2017.pngNous retiendrons en juillet le bilan pluviométrique majoritairement déficitaire. Ainsi, les mois se suivent et se ressemblent depuis cet hiver. Dans la plaine du Bugey, le déficit frise les 40 %. Les précipitations ont été quasiment absentes de la deuxième décade, déficitaire de près de 50 % en première décade et excédentaires de 25 % voire un peu plus sous les orages. Des orages particulièrement violents sur la Bresse comme Marboz, Viriat, Attignat où les dommages seront importants. Tout cela nous vaudra une vigilance orange, la seconde après celle déclenchée en début de mois. Au total , on n’atteint même pas les 50 mm mensuels sur Ambérieu pour un total de 7 jours de précipitations tout de même ; la normale étant de 8. En juillet 1962, il n’était tombé que 12 mm. Le haut Bugey ne fut guère mieux loti avec 73,1 mm récoltés sur le plateau d’Hauteville et 60 mm le long de la rivière d’Ain. Une rivière qui souffre toujours et qui a eu droit à de nouveaux lâcher d’eau en première quinzaine pour décoller les algues accumulées. Malgré le bon niveau du mercure, l’ensoleillement a légèrement trébuché en juillet avec 257 h en plaine de l’Ain, soit un déficit de 11 % ( environ 30 h de manque). Le nombre de jours avec bon ensoleillement est porté à 9 pour une normale de 11,2. Enfin, parmi les évènements marquants, outre les dégâts suite aux orages du 30, nous retiendrons à compter du 31 les nouvelles mesures de restrictions face à la sécheresse mises en place par la préfecture.

 

debit09082017.jpgLa rivière d'Ain toujours en souffrance.

Malgré les bonnes pluies de ce mardi, le lâcher d’eau programmé sur la rivière d’Ain la nuit dernière a bien eu lieu. La rivière a vu cette fois-ci son débit dit réservé de 12,3 m3/sec grimper jusqu’à 120 m3/sec alors qu’il n’était prévu que 100. Cette intensité plus élevée peut sûrement par l’effet des précipitations d’hier sur les affluents de l’Ain car le débit de 100. Le débit  maximal a été maintenu pendant 2 h entre minuit et 2 heures du matin mais la hausse avait été entamée dès 22 h. Ensuite, le niveau a progressivement rebaissé pour tomber à 10 h à 17,4 m3/sec. Gageons que ce nouveau lâcher, déjà le 4e depuis le début de cet été aura été bénéfique et que ce sera le dernier de la saison. Mais rien n’est sûr d’autant que dans les prochains jours les précipitations devraient être assez discrètes.  Il n’est bien sûr pas rare de trouver des niveaux estivaux si bas au mois d’août pour cette rivière. C’est en août de l’année 1989 que l’on a enregistré le débit mensuel le plus bas avec 6,7 m3/sec donc plus bas que le débit réservé. En août, le quinquennal sec est de 14,4 m3/sec  (débit mensuel * ayant une probabilité de 4/5 d'être dépassé chaque année. Il permet de caractériser un mois calendaire de faible hydraulicité.); le quinquennal humide de 55,8 m3/sec (Débit mensuel  ayant une probabilité de 1/5 d'être dépassé chaque année. Il permet de caractériser un mois calendaire de forte hydraulicité). Pour  août toujours, le débit moyen est de 39 m3/sec et le débit mensuel le plus haut observé remonte à 1963 avec 164 m3/sec en moyenne. Pour rappel, le débit mensuel absolu concerne le mois de mai 1983 avec 436 m3/sec.


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
^ Haut ^