Menu déroulant horizontal by Papinou
L'essentiel dans l'Ain


Courbe du mercure réactualisée toutes les 5 min.
(
cliquez sur la carte)
Outside Temp History

Direct la Vattay



Direct Plans d'Hotonnes


Direct Pont d'Ain


Direct d' Ambérieu

Les autres webcams de l'Ain
---------------------------------------------


9 et 24 novembre 1944
inondations dans l'Ain
1950 un 11 novembre sous les eaux !

--------------------------------------------


 Retour sur le temps de l'automne 1957

------------------------------------


Vos prévisions météo à 10 jours 

 

 
-----------------------------------------
-----------------------------------------


Découvertes

La fête des alpages à Annecy

 C' est ici !
----------------------------------------
Pratique


Tout savoir sur les vigilances de Météo France
 C' est ici !
----------------------------------------

Changement climatique

Réchauffement de la banquise
  C' est ici !
------------------------------------------

Escapades

L'Aiguille du Midi

L' article complet ici
------------------------------------------

Escapades hivernales

A découvrir, la station des Plans d' Hotonnes
--------------------------------------------
 
 





Actus météo

AIN : les gelées ont été moins fortes la nuit dernière.

Les gelées matinales ont été moins nombreuses cette nuit dans le département même si souvent on s’est encore rapproché de la barre des 0°. Mais le mal est déjà fait sur la végétation. Hier, nous avions évoqué l’impact des 3 derniers jours de gel sur les vignobles du Bugey avec des parcelles parfois totalement gelées. Mais dans les jardins, on a aussi observé les dommages des températures minimales qui ont parfois plongé sous les -3°. Si dans la nuit de mardi à mercredi, la végétation avait encore bien supporté, les jours suivants ont été nettement plus froids. Et en ce week end plus clément, les habitants pouvaient constater que les hortensias, buis déjà durement touchés par la pyrale, le muguet et autres arbustes à fleurs en plein développement ont vu leurs bourgeons brûlés. Et les platanes notamment dans la région de Pont d’Ain n’ont pas été non plus épargnés.

Cette nuit, le mercure est encore descendu à  -0,9° sur Ceyzériat, -1,1° sur St Etienne du Bois, -0,3° sur Viriat et Lélex, -1,8° à la Vattay. A l’inverse, on a enregistré du mieux au bord de l’Ain avec 0,2° ( on a gagné 3° en 24 h) , dans le sud du Bugey avec 0,7° sur Briord, 2,6° à Léaz, 1,3° au sommet de Montoisey contre près de -7° hier matin, 3,2° au sommet du Sorgia,  -1,5° sur Bellegarde, 2,7° sur Belley, 1,1° sur Sutrieu, -0,4° sur Cessy . La gelée a encore été sévère sur Arbent avec -5,4° alors que l’on  a relevé avant-hier jusqu’à -8°. Dans le Jura, on a relevé -1,6° à la Pesse, 0,8° aux Molunes, encore -2,4° sur St Julien sur Suran, -0,2° sur Dole, mais 4,2° à Lons et 3,5° sur Arbois, -4° sur Champagnole, -1,2° au Fied.

Plus frais dès mardi. En journée, les températures avec un soleil radieux et un flux de nord moins froid ont repris un peu partout des couleurs, flirtant le  plus souvent entre 18 et 20° comme dans le pays de Gex( voire jusqu’à 21,7° comme en Michaille) soit des niveaux plus conformes à la saison. Ce sera du même niveau demain matin avec un risque de gelée réservé cette fois-ci qu’aux montagnes. Il faudra en profiter. Même si le début de semaine prochaine s’annonce encore assez doux, un changement de temps est dès à présent attendu pour mardi, mercredi et jeudi. Une perturbation active comme nous n'en n’avons plus vu depuis plusieurs semaines ( on attend jusqu'à 30 mm en plaine) devrait traverser notre région avec une nette baisse du mercure. Il fera mercredi bien plus frais et l’on attend probablement le retour de la neige en moyenne montagne et notamment sur nos reliefs du Jura. Un phénomène non exceptionnel où l’on se souvient que l’an passé il avait neigé le 1er mai sur le haut Bugey dès 1000 m. Par la suite, le mercure entamera une remontée progressive pour le week end.

 

vigne21042017.jpgLe gel fait de gros dégâts sur les vignobles du Bugey et du Cerdon.


Alors que des dégâts sont d’ores et déjà apparus ces dernières 48 heures sur la végétation et les cultures, les températures sont souvent descendues encore plus bas cette nuit avec la baisse du vent. Pour une fin avril, ces gelées peuvent être qualifiées de sévères et ne seront pas sans conséquence sur les végétaux.Il faut remonter bien loin en arrière, souvent trois décennies pour retrouver une situation pareille et même un peu plus encore pour ces niveaux de température. Ainsi, cette nuit, le mercure a plongé jusqu’à -3,3° à la station Météo France d’Ambérieu contre -2° hier à la même heure. Jamais il n’avait fait aussi froid pour un 21 avril depuis 1959 dans le département !. C’est ainsi un nouveau record de froid journalier nocturne qui a été enregistré, effaçant les -2,4° d’il y a près de 60 ans.  Au sol, les températures sont sous la barre des -5° ! . Il n’est pas rare ce matin de découvrir des  thermomètres encore plus bas qu’hier. Petit tour d’horizon des minimales dans le département :  -1,4° sur Viriat, -2,6° sur Pont d’Ain, -2,9° à St Etienne du Bois, -0,3° à Lélex, -1,8° à la Vattay, -3,2° sur Ceyzériat, -6,2° à Montoisey, -4,1° au sommet du Sorgia, -2,5° à Briord, -2,2° à Innimond, -7,8° sur Arbent.On évite les gelées ce matin en Michaille avec 1,9° sur Léaz et dans le Valromey (0,2° sur Sutrieu), 2,7° sur Belley. Elles sont faibles sur le secteur de Bellegarde (-0,8°). Même l’ouest du département n’a pas été épargné cette nuit avec un mercure qui a chuté à -1,5° sur Balan et sa région. La bise a encore été soutenue ce jeudi mais aujourd’hui elle sera en perdition. Petit à petit, on va regagner quelques degrés et l’on devrait se rapprocher des 15° en cet après-midi.

Alors que nous étions déjà dans une ambiance estivale, ce froid tardif mais pas exceptionnel a fait dès la nuit de mardi à mercredi de nombreux dommages qui se seront surement accentués cette nuit avec des minimales encore plus basses qu’hier. Même si le mercure sous abri n'est pas descendu extrêmement bas, ce gel a endommagé le vignoble AOP du Bugey et du Revermont avec des températures au sol qui ont tout de même plongé sous la barre des -5° à -7°. C’est même pire dans les combes exposées en plein nord. Les viticulteurs du département qui ne sont pas équipés notamment en raison du coût  comme pour les vergers de la vallée du Rhône de brûlots pour réchauffer les parcelles et limiter ainsi les conséquences de ce gel  craignaient le pire dès mercredi .  Dans certains secteurs, comme Lhuis, Marignieu, Briord, Groslée et St Benoit dans le sud du Bugey où il faisait -3° hier matin, dans le Revermont  vers Ceyzériat, Rignat,, Revonnas ou bien encore St Martin du Mont, on estime que la vigne est détruite entre 10 et 100 %. Sans compter également le secteur du Cerdon qui aussi vu le mercure descendre bien bas. En revanche comme on l'a vu dans les températures relevées, en raison de la persistance du vent ou pas et de l'exposition on constate des différences et le secteur de Belley  ( tout comme Gravelles près de St Martin du Mont) a été plutôt préservé alors que l'on ne devrait plus parler de gelée demain matin mais le mal est déjà largement fait.
Ce froid tardif est en tout cas un coup dur alors que les ceps comptaient jusqu'à trois semaines d'avances sur le calendrier. Il faudra sauver ce qui peut encore l'être et entamer un nouveau travail de taille. Le  secteur de Belley pourrait quelque peu sauver la mise de la cuvée des vins du Bugey pour cette année même si plus tard c'est la grêle parfois fréquente dans ces secteurs que l'on espèrera éviter cet été.
Dans le Jura tout proche, on a évoqué ces 2 derniers jours les températures très basses également et là encore les dégâts sont importants. De Saint-Amour à Salins-les-Bains en passant par Château-Chalon, l’Étoile et Arbois où on relevait -2° hier matin, les vignes jurassiennes ont subi un fort gel dans la nuit de mardi à mercredi, mais aussi de mercredi à jeudi. Et la toute dernière aura probablement achevé les parcelles qui n’avaient pas encore été totalement atteintes : Champagnole -3,9°, Le Fied -2,6°, Arbois -0,5°, Dole -0,8°, Lons -0,4°, St Julien -4,1°, La Pesse -2,9°.
 

 

givre20042017.jpgAIN - JURA : encore de fortes gelées ce matin

La nuit dernière a encore été bien froide comme nous l'annoncions ici même hier matin, et même si cette dernière devrait être la plus intense de la série, on attend encore pour demain matin des gelées significatives. Pas de quoi rassurer les arboriculteurs notamment et les viticulteurs. Il a fallu ce matin ressortir à nouveau les grattoirs pour les pare-brise.  Dans le Jura notamment, le gel de la nuit précédente a fait de gros dégâts avec un thermomètre qui est parfois descendu à près de -5°. Ce matin, au lever du jour, on retrouvait quasiment les mêmes niveaux que la veille. Parfois, la situation s’est accentuée notamment dans le sud du Bugey avec -2,8° relevés sur Briord, -2,9° à Innimond. Ailleurs, on a enregistré -1,2° sur les bords de l’Ain à notre station, -2° sur Ambérieu comme hier, -0,9° sur St Etienne du Bois,  -1,1° sur Ceyzériat et Lélex, -0,3° dans le pays de Gex, -2,3° dans le Valromey. On encore frôlé les -7° sur Arbent comme mercredi matin. On citera encore dans une moindre mesure 0,4° sur Balan, 2,6° à Bellegarde et 0,7° sur Léaz. En montagne, c’est souvent sévère comme -4,2° à la Vattay, -4,4° aux Molunes dans le Jura, -4,3° sur la Pesse. Toujours dans ce département, -0,9° sur St Julien, -0,7° sur Lons, -1,6° sur Arbois, -3,6° sur Champagnole, -0, 2° sur Dole.
A noter que la neige a fait hier  en fin de journée une apparition remarquée lors de quelques giboulées parfois à relative basse altitude dans le Jura comme à Morez à 800 m d’altitude. Le redoux est attendu pour la fin de semaine. Quant à la bise, elle devrait commencer à baisser de pied dès aujourd’hui. Ainsi, on peut 1 à 2° de plus sur les maximales mais nous resterons encore sous les normales saisonnières. Le dicton qu’il ne faut pas se découvrir d’un fil en avril aura vraiment pris tout son sens cette année !.

 

arbent19042017.jpg Près de -7° la nuit dernière sur Arbent

Comme prévu, les températures avec le vent de nord qui s’est calmé et avec un ciel clair ont nettement plongé la nuit dernière dans la région. Et ce matin, il n’était pas rare de retrouver  un mercure sous-abri sous la barre des 0°. Des gelées certes souvent faibles, attendues mais que pourraient ne pas apprécier certaines de vos plantations printanières. La méfiance sera encore de rigueur demain matin où l’on pourrait voir le mercure perdre encore  1 à 2°. Une situation pour une seconde partie de mois d’avril non exceptionnelle mais qui peut surprendre après les niveaux estivaux que nous avons connu en début de mois. Nous sommes encore loin des records de froid puisque les plus anciens se souviendront  que le 19 avril 1969 le thermomètre avait plongé en plaine de l'Ain sous la barre des -4°. Cette nuit, on a vu la température descendre à -0,4° sur St Etienne du Bois et dans le Valromey, -0,9° à Point d’Ain et Ambérieu ville mais -2° à la station de Météo France, -0,8° sur Lélex, -2,7° à la Vattay, -4,8° au sommet du Sorgia, -7,3° à Montoisey à 1600 m dans les monts Jura. A Viriat, nous n’en étions pas loin avec 0,6°. Dans d’autres secteurs, la gelée a été évitée cette nuit mais il faisait tout de même frisquet au lever du jour : 2,4° sur Léaz, 0,7° sur Innimond, 3,6° à Briord, 3,3° sur Bellegarde, 1,8° sur Balan, 2,2° dans le pays de Gex. Dans notre sibérie locale, les gelées ont été très sévères avec -6,7° relevés à 7 h ce matin. Nos voisins jurassiens ne sont pas en reste avec -4,2° aux Molunes, -3,6° à la Pesse, -1,3° à St Julien sur Suran, -1,1° sur Lons le Saunier, -1° sur Arbois, -4,1° sur Champagnole.
La bise va encore souffler parfois de façon soutenue aujourd’hui avec des maximales qui resteront encore inférieures aux valeurs saisonnières. Nous atteindrons péniblement les 12° en plaine. Jeudi, après une nuit encore bien froide et de nouvelles gelées, les maximales regagneront quelques degrés. Il faudra tout de même attendre plutôt dimanche pour retrouver un mercure à nouveau de saison. La fraicheur plus humide cette fois-ci pourrait à nouveau s’installer la semaine prochaine.



 

http://www.meteoalpes.com/img/doc/chaleur.jpgAIN : des températures estivales ce dimanche et à nouveau des records !.

On s’attendait à des températures bien clémentes pour cette journée dominicale mais pas autant que cela tout de même. Au point que le thermomètre avait des allures de début de mois de juillet dans bon nombre de secteurs. Il n’était pas rare de découvrir des niveaux à plus de 25°. Un phénomène exceptionnelle pour un 9 avril. En effet, il faut remonter à 1961 pour retrouver des températures maximales dépassant la barre des 25°. Au passage, c’est un nouveau record de chaleur journalier qui est tombé dans le département avec 25,9°  ( à seulement 0,3° des moyennes estivales) au compteur à la station d’Ambérieu. Le précédent datait donc de 1961 avec 25,5°. On a relevé près de 25° sur la région d’Oyonnax, 23° dans le pays de Gex, 25,6° sur les bords de l’Ain ou en Bresse, 25,5° également en Michaille, 25° dans le Revermont sur Ceyzériat, près de 22° dans le haut Valromey. A 15 h on relevait 24,1° dans Belley et près de 26° en s’approchant de la région lyonnaise ( 25,8° à Balan).

La journée de lundi s’annonce encore très belle et plutôt estivale. Les maximales pourront encore approcher de la barre des 25° avant un recul dans les jours qui suivent. Le week end prochain, celui pour Pâques s’annonce déjà comme très incertain et nettement plus frais. Un évènement qui ne surprendra pas. On a souvent constaté en cette période de fêtes un temps jamais bien fameux !.. En tout cas, ce beau temps donne un coup de pouce à la végétation au point que le muguet commence à montrer ses brins dans les jardins du Bugey notamment. Il semble tout de même avec les faibles précipitations de ces derniers mois que ces brins ne seront à priori pas très nombreux cette année....

 

07/04/2017 : AIN : gare aux gelées ! - par FT le 07/04/2017 @ 09:03

mercure07042017.jpgAIN : retour des gelées jusqu'en plaine ce matin.

Dans le flux de nord mis en  place ces derniers jours, les températures ont bien plongé la nuit dernière dans le département. Ainsi, même si le phénomène est loin d’être exceptionnel pour un 7 avril, des gelées sous abri dans le pire des cas ont refait leur apparition et ce même jusqu’en plaine comme le montre notre capture d'écran de notre site partenaire  romma.fr , dans le Revermont avec -0,3° relevé sur St Etienne du Bois ou bien encore sur Ceyzériat à 8 h. Ailleurs, nous en sommes assez proche avec 0,9° sur Viriat, 0,7° sur Pont d’Ain. A 7 h à Ambérieu où les pelouses étaient blanchies, on enregistrait à peine 0,1°. Dans le sud du Bugey, le mercure affichait 0,4° à Briord ou bien encore 3° sur Belley. A l’inverse, on constatait un peu moins de froid  dans le Valromey avec 4,3° cette nuit à Sutrieu. En Michaille, c’est contrasté entre les 1,7° à Bellegarde et  les 5,9° sur Léaz. Côté pays de Gex, on a relevé 2,6° sur Lélex, et 2° sur Cessy. Enfin, un petit tour du côté de notre sibérie locale. Et nous ne serons pas surpris d’annoncer là encore sur Arbent de petites gelées où à 2 h du matin le thermomètre avait déjà plongé à -1°. Tout cela rappelle en tout cas la méfiance pour nos plantes avec une nature qui affiche souvent une quinzaine de jours d’avance.
En journée, le soleil s’annonce plus généreux que ce jeudi et les maximales avec un vent de nord en recul qui a soufflé hier à près de 60 km/h en rase campagne, devraient regagner quelques degrés. Ainsi, l’amplitude s’annonce importante entre ce matin et cet après-midi. On devrait progressivement se rapprocher de la barre des 20°. Le week end à venir s’annonce tout aussi clément avec un mercure qui devrait encore progresser. Il n’y a toujours pas de pluie importante en vue dans les jours à venir. De quoi commencer à inquiéter les agriculteurs tout particulièrement après un hiver bien sec et un mois de mars assez terne.


Les pollens se rappellent déjà à notre souvenir !


Le retour de conditions très printanières n'est pas toujours lié avec le retour du bien-être surtout pour les allergiques. Le RNSA qui publie chaque semaine le bilan pollennique nous le rappelle ainsi.  la semaine prochaine sera la semaine des pollens de bouleau. Si aucune pluie soutenue ne tombe dans les prochains jours, les quantités de ces pollens seront en progression et pourront sur une grande moitié Nord du territoire provoquer un risque d'allergie moyen à très élevé selon l'état de floraison de ces arbres.
Les pollens de platane remplacent ceux de cyprès sur le pourtour méditerranéen et progresseront sur le reste du territoire, tandis que des pollens de chêne apparaissent dans le Sud. Les pollens de frêne seront encore présents avec localement un risque moyen, tandis que les pollens de saule, peuplier et cyprès se feront plus discrets.Les pollens de graminées seront toujours présents de la Côte Atlantique à la Côte Méditerranéenne, le risque associé restera faible. Les pollens de pariétaire se répandront sur la Côte d'Azur.
Si la pluie apporte un répit aux allergiques aux pollens de bouleau, il faudra rester très vigilant dès le retour d'un temps plus sec.

Dans l'Ain, les bouleaux sont largement rentrés en action. Ainsi, nous sommes passés en alerte rouge avec un risque allergique très élevé. C'est en risque élevé chez nos voisins du Rhône ( ou le Puy de Dôme) et en rouge en Isère auquel s'ajoute un risque jaune ( moyen) pour les platanes dans ce même département. Pour le reste, le risque demeure faible pour le moment comme pour les saules ou les frênes. La situation ne devrait pas aller bien évidemment en s'améliorant dans les semaines à venir. Les graminées en région lyonnaise notamment  sont prévues pour le week end de Pâques. Prenez déjà vos précautions !.


AIN : les nappes phréatiques à la baisse.

Au sortir de l'hiver, la DREAL a fait le point sur les ressources en eau dans notre département. Et le moins que l'on puisse dire, est que la situation n'est guère reluisante et pourrait devenir inquiétante dans les prochaines semaines.
La nappe du Pays de Gex  poursuit sa tendance à la baisse durant tout le mois de février. Ses niveaux se maintiennent  à  des  valeurs  supérieures  aux  normales   de  saison.  Dans  le  secteur  du  sillon  de  Greny,  les niveaux sont en légère hausse mais restent très bas , inférieurs aux minimas observés pour cette période. La situation se dégrade par rapport au mois précédent.
La nappe des alluvions de la plaine du Rhône  évolue à la hausse en début de mois jusqu’à des va leurs supérieures  aux  moyennes  de  saison  puis  s’effondre en  deuxième  partie  de  mois  jusqu’à  des  niveaux inférieurs  aux  références  quinquennales  sèches.  La situation  relative  de  la  nappe  s’améliore  un  peu  par rapport au mois précédent.
La nappe  des  cailloutis  de  la  Dombes   est  en  hausse  par  rapport  au  mois  précédent  puis  reste relativement stable au cours du mois de février. Se s niveaux en fin de mois restent proches des normales de saison. La situation relative de la nappe ne change pas par rapport au mois précédent.
La nappe  des  alluvions  fluvio-glaciaires  du  couloir  de   Certines   poursuit  sa  tendance  à  la  baisse  ou reste stable au cours du mois de février, en période habituelle de recharge. Les niveaux se situent au  cours du  mois  dans  les  normales  de  saison.  La  situation  relative  de  la  nappe  se  dégrade  par  rapport  au  mois précédent.
La nappe  des  alluvions  fluvio-glaciaires  de  la  plaine de  l'Ain ,  ne  reprend  toujours  pas  de  volume  au cours du mois de février. Les niveaux se situent en  fin de mois en dessous des références quinquennales voire décennales sèches. La situation relative de l
a nappe se dégrade par rapport au mois précédent.
Les nappes des calcaires karstiques du Bugey  bénéficient des précipitations de février. Les débits aux exutoires  reviennent vers  des valeurs  proches des  normales de saison.  La situation  s’améliore nettement par rapport au mois précédent.
La nappe des alluvions de la Saône évolue à la hausse en première quinzaine de février  pour atteindre des niveaux proches des normales de saison, repart à la baisse, et revient en fin de mois vers des valeurs inférieures aux  références quinquennales sèches.  La  situation relative  de la nappe s’améliore par rapport au mois précédent.
 

Un 1er avril bien fébrile !.

Les températures avaient été à des niveaux largement trop hauts pour la saison ces dernières 48 heures. Et cela ne pouvait pas durer alors qu'une perturbation peu active était annoncée pour l'arrivée du samedi.
 Ainsi, du chaud, nous sommes passés au bien frais en ce premier jours du mois d'avril rappelant au passage ce célèbre dicton. Et pourtant, les chiffres enregistrés par les thermomètres du département ce jour sont loin d'être exceptionnellement bas même s'ils tranchent avec ces jours derniers. Il faut chercher durant la nuit dernière le maximum du jour, proche des 14  à 15° en plaine ce qui est conforme à la saison. Mais avec la pluie revenue, le mercure a continué à baisser en cours de matinée poor ne plus dépasser la barre des 10°. On a ainsi perdu la moitié de ce que l'on a connu hier et revenu ainsi quelques semaines en arrière au point de vue des normes. On notait à peine 8 à 10° cet après-midi au plus doux si l'on peut dire. Cela remontera un peu demain mais ce sera encore juste pour la saison. On pourra s'attendre encore à quelques averses, trop faibles pour enrayer le recul des nappes phréatiques après un hiver historiquement sec. Ce soir, on relevait 0,4 mm sur Bellegarde, 2,8 mm dans le Revermont à Ceyzériat, 1,6 mm à Arbent, 3,4 mm sur Pont d'Ain, 2 mm sur Viriat, 6,8 mm dans le Revermont.



Record de chaleur nocturne hier dans le département.
 
Après une journée de jeudi quasi estivale, les températures d'hier se sont encore maintenues à un haut niveau dans le département. Si aucun record de chaleur journalier diurne ne fut battu, en revanche on a enregistré et ce très largement un record de douceur nocturne sous un maintien d'un vent de sud. Ainsi, le thermomètre durant la nuit n'est pas descendu sous les 13,3° à la station d'Ambérieu et tous les environs. Le précédent record pour un 31 mars fut largement explosé. Il faut remonter à 1994 et 2006 où l'on avait relevé 11°. En journée, les températures ont encore connu des niveaux de mois de juin avec 22,1°.Le record nefut pas loin de tomber tout de même avec 22,5° en 1993. Partout, la barre des 20° fut franchie. On citera ainsi 21,1° à Ceyzériat, 20,4° en Michaille, 20,3° dans le pays oyonnaxien. Ce dernier jour de mars clôt un mois qui après celui de février a enregistré une moyenne largement excédentaire. Le mercure a ainsi atteint des niveaux d'avril; avec donc un mois d'avance sur la normale !. Nous y reviendrons prochainement lors du bilan mensuel.

arbent01042017.jpg

30/03/3017 : un petit air d'été ! - par FT le 30/03/2017 @ 23:55

 
ciel26032017.jpgAIN : record journalier de chaleur battu pour un 30 mars.
C'est un 30 mars dans le département de l'Ain qui avait des allures de quasi plein été. On aurait donc sauté une saison ?. Presque, tant les niveaux des températures maximales cet après-midi étaient dignes d'un plein mois de juin. Un avant-goût d'été remarqué avec un thermomètre fréquemment autour des 24° sur la plupart des secteurs du département. On a ainsi enregistré pas moins de 24,2° à la station d'Ambérieu. On a ainsi battu un record de chaleur journalier pour un 30 mars. Il faut remonter ainsi à 1989 avec 23,6° pour retrouver le précédent. Nous étions tout de même encore un peu en-dessous des records absolus pour un mois de mars (22 mars 1990 avec 26,6°). L'ambiance paraissait déjà chaude vers 15-16h au bord de l'Ain avec 24° relevés à Pont d'Ain. Le mercure affichait 23,8° à Viriat, 24° sur St Etienne du Bois, 24,3° dans le bas Bugey à Briord, 22,1° sur Léaz, 23,3° sur Ceyzériat, 23,7° à Bellegarde, 23,4° à Arbent et Belley. Et les 20°0 furent atteints sur le Valromey comme sur Sutrieu. Un temps bien agréable surtout pour la végétation qui commence à offrir de bien belles couleurs précoces. Mais attention aux éventuelles gelées tardives en avril prochain alors que les températures vont reculer ce week end. Mais au-delà de cela, ce beau temps chaud trop tôt a aussi des conséquences. La pyrale de buis est d'ores et déjà de retour dans nos bois et ce depuis le début du mois mais la poussée est actuellement importante. Et puis méfiance pour les promeneurs de ne pas trop s'aventurer dans les herbes sauvages où la chaleur fait déjà sortir de leur torpeur hivernale les couleuvres.. Sans compter que l'on attend une poussée des pollens qui va déjà impacter les plus allergiques. La pluie prévue pour ce samedi sera la bienvenue après un hiver bien trop sec. Mais cela ne fera du bien qu'en surface tant nous n'attendons pas de grosses quantités alors que depuis des semaines les pluviomètres sont au plus bas. Et la semaine à venir s'annonce à nouveau bien sèche. Si le printemps se poursuit comme cela, la situation pourrait devenir délicate cet été avec des restrictions importantes. A suivre.

19/03/2017 : un doux mois de février - par FT le 19/03/2017 @ 10:04

Un mois de février parmi les plus doux depuis 1946

Après un mois de janvier bien hivernal, ce troisième et dernier mois de cet hiver météorologique 2016-2017 tranche véritablement. La douceur est le mot principal qu’il faut retenir de février dernier. Ce mois se hisse tout simplement  dans le top 3 des mois de février les plus doux depuis 1946.Il se place encore loin derrière  l’historique de 1990, ou bien encore de celui de 1966 mais tout juste devant celui de 1961 qu’il talonne d’un dixième sur la moyenne générale. Celle-ci s’est établit à 7,6°. Cela représente le double de la normale de la période 1981-2010. L’excédent approche des 3° pour les minimales et dépasse largement les 4° pour les maximales. Cette douceur a occupé tout le mois et en particulier la dernière décade qui enregistre les plus grosses moyennes. Les deux premiers jours furent très doux puis on a relevé un net recul par la suite et ce jusqu’en fin de première décade. On ne dépasse guère les 5° en plaine le 8 février. Par la suite, les températures vont peu à peu remonter. Un premier pic de douceur se manifeste le 15 mais c’est dans les derniers jours du mois que les conditions sont très printanières. Le 23, les maximales proches des 19° (on les dépasse parfois comme sur Bellegarde) sont dignes d’un mois d’avril. La montagne n’est pas en reste avec 15,5° ce jour-là sur le plateau d’Hauteville. Sur le mois, le nombre de gelées matinales est bien faible ; à peine 7. Il ne monte seulement qu’à 10 dans le Valromey. De plus, ces gelées n’ont pas été très fortes ; tout au plus -3° le 19 en plaine du Bugey. Nous retiendrons encore que la nuit la plus douce fut relevée le premier jour du mois.
Malgré des précipitations en hausse par rapport à janvier qui fut déficitaire, février n’a en tout cas pas pu inverser la tendance de cet hiver qui fut le plus sec depuis l’après-guerre dans notre département. Sur ces trois derniers mois, il n’est tombé que 86,2 mm sur Ambérieu. Lors de l’hiver 1963-1964, on avait collecté 102,4 millimètres. Le mois dernier, le déficit est encore important ; près de 25 %. Les pluies se sont particulièrement concentrées sur la première décade, le 3 et le 6 notamment. A l’opposé, on retrouve un dernier jour du mois assez humide. Les précipitations soit sous forme de neige soit sous forme de pluie ont été assez correctes sur le haut Bugey avec par exemple 117,7 mm tombés sur la station d'Hauteville dont près de 30 mm sur 24 h en début de mois.  On retiendra surtout lors de ces passages pluvieux, le vent de sud qui a soufflé parfois fortement, notamment le 3 et le 27. Les rafales ont souvent dépassé les 60 km/h en zone urbaine. Malgré tout de même 10 jours de pluie, ce qui est satisfaisant puisque la normale est de 9, l’ensoleillement récolte une bonne note. Pas moins de 110,3 h à Ambérieu pour une moyenne de 96,9 h. Un léger excédent dû à quelques belles journées qui ont boosté ce chiffre (  près de 9 h de soleil les 19,20 et 27 février).


Votre météo de ce dimanche.

Quelques pluies ce matin,en journée le temps redevient sec, mais peu d'amélioration à attendre côté ciel sur la grande plaine de l'ouest qui reste très encombrée. Les éclaircies gagnent en revanche du terrain plus à l'Est et s'imposent notamment sur le Bugey, le Bassin de Belley voire la secteur d'Ambérieu. Les températures repartent à la hausse, avec des maximales entre 16 et 18 degrés en plaine, 11 à 13 degrés en montagne. Le vent souffle de nord, faible à localement modéré l'après-midi, notamment en plaine de l'Ain où les rafales atteignent 30 à 40 km/h dans l'après-midi. Enfin, on précisera que le risque pollinique est faible en ce moment et dans les prévisions des jours à venir dans le département après une pointe modérée en début de semaine pour les cyprès notamment.


Côté routes

La RD120 à Culoz reste à ce jour encore fermée pour une durée indéterminée suite à un éboulement rocheux de ce début de mois. Avec ce temps bien printanier, les conditions de conduite hivernale sont normales sur l'ensemble du réseau routier départemental et la plupart des cols du département sont accessibles après ces mois d'hiver.
Accès aux cols et aux stations de ski :
Mont Jura
Col de la Faucille - RD 1005 : ouvert
Vallée de la Valserine - RD 991 : ouvert
Hauteville-Retord
Col de Cuvery - RD 101 : ouvert
Col de Richemond - RD 30 : ouvert
Col de la Rochette - RD 9 : ouvert
Col de Cuvillat - RD 57a : fermé
Col de la Cheminée - RD 31 : ouvert
Col de Belleroche, les Neyrolles - RD 39 : fermé
Giron
Accès station - RD 48 et RD 55a : ouvert
Route de la Pesse - RD 48a : fermée

Col de la Biche - RD 123 - Sur Lyand : fermé
Col du Grand Colombier - RD 120 - RD 120a - RD 120b - RD 120c : fermé


 

Une pluie de 20° dans le département de l'Ain !

Avec encore celle de demain, cette journée de jeudi aura été bien agréable avec un ciel bleu azur; ce qui n'était pas toujours le cas ces jours derniers avec un soleil parfois voilé par les cirrus. Le thermomètre avec ce généreux soleil s'est envolé dans tout le département de l'Ain cet après-midi après que la fraicheur encore bien marquée en fin de nuit mais pas exceptionnelle pour la saison ne se soit écartée. On ne relevait  à peine 1 à 2° du Revermont au Bugey. Et cet après-midi, le mercure avait des allures de mois de mai avec une pluie de 20° relevés aux quatre coins de l'Ain, exception faite du pays de Gex où l'on a timidement atteint les 17° comme sur Cessy. Au soleil, l'ambiance paraissait quasiment chaude avec un très léger vent de sud. On a ainsi relevé jusqu'à 20,3° au bord de l'Ain à notre station de Pont d'Ain. Cette barre des 20° n'avait plus été franchie depuis le 24 octobre dernier. Ailleurs, on a enregistré 20° tout rond à Viriat, 20,2° à St Etienne du Bois, 21,3° à Briord, plus de 21° à Bellegarde, près de 20° sur Ceyzériat et Belley,20,9° sur Balan, 20,2° sur Arbent, 19,2° sur Léaz. A la station d'Ambérieu, le mercure a grimpé jusqu'à 20,4° entre 16 et 17 h; c'est tout de même un cran en-dessous du record journalier de 2012 avec 22,2°. Demain, le record ne devrait tout de même pas tomber (23,6° en 2004).
Sur nos montagnes, les températures là encore étaient largement au-dessus des normales saisonnières et le manteau neigeux en prend un coup sur les monts Jura : 15,8° la Vattay, 17,5° à Lélex, 16,3° à Innimond, 12,7° au sommet du Sorgia et 10,7° à celui de Montoisey. Demain, les températures seront encore bien hautes te l'on pourrait localement gagner 1 à 2° supplémentaires par rapport à ce jeudi. Avant un recul pour le prochain week end et quelques averses. Un temps bien moins agréable est d'ores et déjà à prévoir pour la semaine prochaine.

 

DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 ] 10 pages suivantesSuivantFin
^ Haut ^